Airbus Defence and Space

30ème anniversaire d’Ariane

L’hommage des CEO d’Airbus Defence and Space

François Auque, CEO of Airbus Defence and SpaceFrançois Auque, Président d’Airbus Defence and Space : « Ariane a été un véritable tremplin pour la création et le développement de l’industrie spatiale européenne et, bien entendu, l’un des éléments fondamentaux de la fondation d’Airbus Defence and Space. Garante de l’accès indépendant de l’Europe à l’espace, Ariane symbolise naturellement les grands succès que peut obtenir l’industrie européenne lorsqu’elle conjugue judicieusement ses forces. Grâce aux satellites qu’elle a lancés – dont beaucoup ont été fabriqués par Airbus Defence and Space – Ariane a rendu nos vies plus simples et plus sûres. De surcroît, avec un niveau de fiabilité sans équivalent, Ariane s’impose comme le leader du marché mondial et comme un succès commercial retentissant. De toutes les aventures spatiales de l’Europe, celle d’Ariane doit être l’une des plus phénoménales ! Chaque fois que j’assiste à un lancement – ce qui m’est arrivé bon nombre de fois ! – je ressens toujours quelques secondes de profonde émotion, car je sais ce qu’un lancement réussi représente de maturité technologique ».

Alain Charmeau, CEO of Airbus Defence and SpaceAlain Charmeau, CEO d’Airbus Defence and Space : « Je sais que je me fais l’écho de tous nos employés en disant que, même après tant de lancements, notre cœur bat plus vite à chaque fois : depuis 30 ans, l’exaltation est toujours la même. C’est avec une immense fierté que les employés d’Airbus Defence and Space peuvent se féliciter, au fil de toutes ces années de labeur et de détermination, d’être constamment capables de fournir un lanceur intégré et testé à notre client Arianespace, dans le respect des coûts, des délais et des niveaux de qualité. A chaque tir, Airbus Defence and Space démontre non seulement sa capacité et son engagement à honorer ses livraisons, mais également sa fiabilité ». S’agissant de la portée industrielle du programme, Alain Charmeau rappelle qu’Ariane « préserve des milliers d’emplois hautement qualifiés dans toute l’industrie spatiale européenne, dans les PME autant que dans les agences, les instituts et bien entendu dans la plus grande entreprise spatiale, Airbus Defence and Space ». En ce qui concerne le marché commercial, il souligne qu’« Ariane est le seul lanceur actuellement capable d’envoyer simultanément deux charges utiles dans l’espace, offrant ainsi la plus grande capacité d’emport du marché. Enfin, ces 30 années ont été extrêmement fructueuses. Elles se sont bien sûr accompagnées de leur lot de défis, mais nous avons clairement démontré l’expertise de l’Europe ».

Evert Dudok, CEO of Airbus Defence and SpaceEvert Dudok, CEO d’Airbus Defence and Space : « Sans Ariane, plusieurs aventures spatiales n’auraient jamais été possibles. Elle a lancé avec succès nombre de nos satellites : citons notamment de célèbres missions dans le domaine des sciences et de l’observation de la Terre, comme Envisat, Soho, Rosetta et Herschel, ainsi qu’une myriade de satellites de télécommunications, comme la constellation Skynet 5. Quelle que soit la destination – l’orbite terrestre ou les tréfonds de l’espace –, la précision et la fiabilité d’Ariane sont inégalées, un avantage dont nous bénéficions tous au sein d’Airbus Defence and Space. Plus personnellement, je dois dire qu’un lancement d’Ariane est un événement véritablement inoubliable. L’explosion sonore de cette ascension majestueuse et déterminée est pour moi très émouvante ».

Eric Beranger, CEO of Airbus Defence and SpaceEric Béranger, CEO d’Airbus Defence and Space : « Pour moi, c’est très simple : sans Ariane, Airbus Defence and Space et peut-être même Airbus Defence and Space dans son ensemble n’existeraient sans doute pas ! J’ai débuté ma carrière avec certains de ceux qui sont à l’origine de l’émergence des télécommunications par satellite, ceux qui ont reçu les premiers signaux TV émis par « Early Bird » à Pleumeur Bodou, en Bretagne. Une époque passionnante… Je pense à ceux qui ont construit les premières stations terrestres dans les territoires français d’outre-mer, lorsqu’un bateau venait seulement tous les six mois, et qui se retrouvaient à devoir se démener avec quelques caisses de matériel, à construire et exploiter les stations terrestres de leurs propres mains ! Ce sont eux qui ont également ouvert la voie au premier satellite expérimental de télécommunications européen, le programme franco-allemand baptisé « Symphonie ». A cette époque, Ariane n’existait pas et la seule façon de lancer un satellite consistait à solliciter les services d’un lanceur américain. Pour être autorisés à lancer, ces pionniers ont du promettre que leur satellite ne serait jamais exploité à des fins commerciales. Je m’en souviendrai toujours et, chaque fois que je vois un tir Ariane, je pense immédiatement à notre autonomie d’accès à l’espace, sans lequel nos activités n’existeraient tout simplement pas. A chaque lancement, Ariane illumine la nuit guyanaise. N’oublions pas qu’elle éclaire aussi le chemin de notre avenir ».