Airbus Defence and Space

Accès à l'espace Focus

A l’assaut de l’espace

La conquête de l’espace ? Sans doute l’un des plus vieux rêves de l’Homme, devenu réalité il n’y pas si longtemps, conséquence de la concurrence acharnée des chercheurs soviétiques et américains dans la course à la suprématie mondiale. Jamais sans doute le génie de leurs chercheurs n’a été autant sollicité que lors de cette grande compétition, où la première victoire n’eut pourtant qu’un faible retentissement dans l’immensité sidérale : le simple bip-bip de Spoutnik 1, le premier satellite artificiel de la Terre.

A partir des années 1950, la conquête spatiale devient donc une priorité pour les grandes puissances. D’abord pour les Etats-Unis et l’URSS puis pour la France. Le 26 novembre 1965, grâce à un lancement réalisé par le CNES qui place en orbite le satellite artificiel Astérix, elle devient la troisième puissance spatiale autonome. La volonté du général de Gaulle de doter la France de programmes spatiaux à l’égal des deux Grands sera poursuivie par Georges Pompidou. Ce dernier souhaite développer un lanceur apte à mettre en orbite géostationnaire des satellites de télécommunications.

C’est dans cette optique qu’en 1973, dix pays européens créent l’Agence Spatiale Européenne (ESA) pour développer un lanceur de satellites baptisé Ariane. Son vol inaugural, le 24 décembre 1979, permet à l’Europe de s’imposer comme un acteur incontournable et de réaliser aujourd’hui plus de la moitié des lancements commerciaux dans le monde.

Le développement des télécommunications a évidemment aiguisé les appétits sur tous les continents. La Chine, l’Inde, le Brésil ou encore la Corée, en puissances émergentes, développent leur propre lanceur pour saisir au bond ce marché porteur et bénéfique économiquement. C’est également une manière d’asseoir leur nouvelle stature internationale. Aujourd’hui pourtant cinq puissances se partagent véritablement le marché des lanceurs de satellites : l’Europe avec son lanceur Ariane, les Etats-Unis avec Delta, Titan et Atlas, la Russie et l’Ukraine avec Proton, Zénith et Soyouz, la Chine avec Longue Marche et le Japon avec H2.

En cliquant sur l'image ci-dessous, vous pourrez découvrir tous les lanceurs opérationnels ou en développement dans le monde. Vous pourrez découvrir les spécificités de chacun et même les comparer.

Airbus Defence and Space vous présente la liste de tous ces lanceurs à l'intèrieur de ce minisite, Ariane 5, angara, falcon 1, falcon 9 et bien d'autres...


Les Etats ne sont néanmoins plus les seuls maîtres du transport spatial. De nouveaux acteurs, privés, sont apparus ces dernières années. La société américaine Sea Launch Co. LLC. a par exemple développé un service de mise en orbite de satellites, en pleine mer sur une ancienne plateforme pétrolière, grâce à des capitaux norvégiens, russes, ukrainiens et américains. Autre opérateur, International Launch Services (ILS.) créé en 1995, propose ses services de lancement pour les fusées Proton. Preuve qu’en matière de lanceurs, la compétition a toujours cours. Peut-être même ne fait-elle que commencer.

Ariane 5système de lanceurs Accès à l'Espace