Airbus Defence and Space

Airbus Defence and Space et l’ISS

La Station spatiale internationale (ISS) est le plus grand projet spatial mondial de tous les temps.

Etats-Unis, Russie, Japon, Canada et dix pays européens travaillent et mènent des recherches ensemble dans l’espace. L’assemblage de cette infrastructure orbitale a débuté en 1998, avec le lancement du module russe « Zarya », pour s’achever en 2010, après la cinquantaine de vols de desserte des navettes américaines et des lanceurs russes nécessaires pour intégrer les 450 tonnes de pièces de ce grand « mécano de l’espace ». Airbus Defence and Space revient sur cette aventure internationale.

Pour la Station spatiale internationale (ISS), Airbus Defence and Space a notamment fabriqué le laboratoire Columbus (module situé en haut, à droite). (© NASA)

Pour la Station spatiale internationale (ISS), Airbus Defence and Space a notamment fabriqué le laboratoire Columbus (module situé en haut, à droite). (© NASA)


Le module de service russe « Zvezda », lancé le 12 juillet 2000, emporte avec lui la première composante européenne à destination de la Station spatiale internationale : le DMS-R (Data Management System - Russia), développé et fabriqué par Airbus Defence and Space pour le compte de l’Agence spatiale européenne (ESA), régule le contrôle d’attitude de l’ISS, garantit que l’orbite est précisément observée et que les panneaux solaires et systèmes de communication sont correctement alignés.

André Kuipers, astronaute de l’ESA, photographie ses collègues russes lors d’une sortie extravéhiculaire (SEV). (© NASA)

André Kuipers, astronaute de l’ESA, photographie ses collègues russes lors d’une sortie extravéhiculaire (SEV). (© NASA)

 


Juin 2002 marque la mise en service de la MSG (Microgravity Science Glovebox), également développée et fabriquée par Airbus Defence and Space. Première installation de recherche européenne intégrée au laboratoire américain « Destiny », elle est suivie, en juillet 2006, par deux autres bancs de recherche destinés au même module : le MELFI (Minus Eighty Degree Laboratory Freezer) et l’EMCS (European Modular Cultivation System).

Station spatiale internationale (ISS) : zoom sur les principales contributions européennes.
Station spatiale internationale (ISS) : zoom sur les principales contributions européennes. ( PDF, 400 KB)

 


Les recherches en conditions de microgravité deviennent possibles pour l’Europe avec le lancement du laboratoire scientifique Columbus en février 2008. Développé et fabriqué par Airbus Defence and Space, ce dernier est équipé dès le départ de diverses installations expérimentales : le Biolab, l’EPM (European Physiology Module), le FLS (Fluid Science Lab) et l’EDR (European Drawer Rack), un rack de charges utiles standards internationales, capable d’accueillir quatre charges utiles plus petites de tout type, et offrant des connexions pour la transmission de données et de vidéos, ainsi que des commandes mécaniques et thermiques. Les autres installations expérimentales développées par Airbus Defence and Space pour Columbus sont le PCDF (Crystallisation and Diagnostic Facility), l’APCF (Advanced Protein Crystallisation Facility) et le CardioLab (CL). Le système ECLSS (Environmental Control and Life Support System) est également une contribution d’Airbus Defence and Space à Columbus : il contrôle la pression atmosphérique, garantit le renouvellement de l’air dans l’habitacle et commande un système d’air conditionné qui régule la température et l’humidité à l’intérieur du laboratoire.

André Kuipers et le cosmonaute russe Oleg Kononenko lors de l’arrimage de l’ATV 3. (© NASA)

André Kuipers et le cosmonaute russe Oleg Kononenko lors de l’arrimage de l’ATV 3. (© NASA)

 

Le 9 mars 2008, le premier véhicule de transfert automatique ATV (Automated Transfer Vehicle) est lancé à destination de l’ISS. Avec le laboratoire Columbus, l’ATV représente la principale contribution de l’Europe à l’ISS. Il est développé et fabriqué par Airbus Defence and Space, sous contrat de l’ESA. Outre le premier exemplaire de vol baptisé « Jules Verne », Airbus Defence and Space en produit quatre autres : l’ATV-2 « Johannes Kepler », lancé en 2011 et suivi de l’ATV-3 « Edoardo Amaldi » début 2012. L’ATV-4 « Albert Einstein » et l’ATV-5 « Georges Lemaître » devraient être lancés respectivement en 2013 et 2014.

Les partenaires internationaux ont convenu de continuer d’exploiter l’ISS jusqu’en 2020. A ce jour, plus de 1000 expérimentations au total y ont été conduites dans les domaines de la physiologie humaine, de la biologie, de la physique, de la science des matériaux et de la physique des fluides.

Outre le développement et la fabrication de certaines composantes de l’ISS, Airbus Defence and Space est également responsable de l’exploitation et de l’utilisation des sections européennes de la station spatiale, à savoir la préparation et l’exécution des missions, la formation des astronautes, le développement en cours des expérimentations et installations de recherche, la maintenance et la logistique de l’ensemble des composantes européennes de l’ISS et des stations sol, ainsi que de la supervision du système de communication et le transfert des données. En décembre 2011, l’ESA a étendu le contrat d’Airbus Defence and Space portant sur la gestion de l’exploitation et de l’utilisation des sections européennes jusqu’en 2020.

 

Station spatiale internationaleATV