Airbus Defence and Space

Airbus Defence and Space, le programme GMES et les satellites Sentinel

GMES (Global Monitoring for Environment and Security) est un programme européen de surveillance de la Terre à différentes échelles par un système de capteurs terrestres et spatiaux. Son rôle est de mettre à la disposition des intervenants institutionnels, politiques et scientifiques des données actualisées pour leur permettre de mieux protéger l’environnement, d’être plus efficaces dans la gestion des crises humanitaires et de mieux garantir notre sécurité.

Airbus Defence and Space joue un rôle clé dans la mise en œuvre du programme GMES en tant que partenaire de la Commission européenne et de l'ESA (Agence spatiale européenne).

GMES (Global Monitoring for Environment and Security) est un programme européen de surveillance de la Terre à différentes échelles par un système de capteurs terrestres et spatiaux.  Son rôle est de mettre à la disposition des intervenants institutionnels, politiques et scientifiques des données actualisées pour leur permettre de mieux protéger l’environnement, d’être plus efficaces dans la gestion des crises humanitaires et de mieux garantir notre sécurité.

L’objectif est d’intégrer et de coordonner au niveau européen les diverses activités d'observation de la Terre et de surveillance du globe. Cela suppose d’exploiter le plus efficacement possible les données issues des systèmes de satellites déjà en orbite, les "GMES contributing missions", mais également de mettre en place des systèmes opérationnels durables spécifiquement adaptés aux missions du programme GMES (les satellites Sentinel), et enfin de coordonner les informations produites par les capteurs dits « in situ ».

Une fois en orbite, les satellites Sentinel fourniront de façon fiable et rapide des données destinées à la mise en œuvre des services GMES. Elles viendront ainsi compléter les données déjà apportées par les actuelles missions d’observation terrestre (TerraSAR-X, TanDEM-X  et SPOT).

Les satellites Sentinel

L’Agence spatiale européenne (ESA) assure la fourniture et l’exploitation de la composante spatiale GMES. Elle assure le développement et la mise en œuvre des systèmes Sentinel, ainsi que leur composante au sol. Pour accomplir leurs missions, ces satellites font appel à l’imagerie radar et optique.

 

Sentinel-1 fait appel à l’imagerie radar.

Conçu pour assurer la continuité de l’observation terrestre par imagerie radar à la suite des satellites ERS et Envisat, le satellite Sentinel-1 fournira des données d’une qualité bien supérieure à celles fournies lors des précédentes missions.

Les satellites Sentinel-1, placés sur une orbite polaire à 700 km d’altitude, doivent observer la Terre pendant au moins sept ans. Sentinel-1A sera lancé en 2013 et Sentinel-1B, en 2014. Extrêmement complexe sur le plan technologique, l’instrument radar requis pour cette mission – un radar à synthèse d’ouverture (SAR) en bande C – est  conçu et fabriqué par Airbus Defence and Space.

Les données fournies seront essentiellement utilisées dans la surveillance et la gestion des catastrophes naturelles (inondations, incendies, glissements

Sentinel-2 correspond à la mission d’imagerie optique du programme et comprend également deux satellites.

Airbus Defence and Space est responsable de la maîtrise d’œuvre de cette mission. Sentinel-2 fournira des images optiques dans le spectre visible et l’infrarouge ondes courtes grâce à treize instruments à canal optique, avec une résolution spatiale pouvant atteindre 10 mètres.

de terrain), l’occupation et l’imperméabilisation des sols, la surveillance des forêts et l’aide humanitaire. D’une masse de 1,1 tonne, Sentinel-2 A doit être lancé en 2013 ; il sera suivi en 2015 par Sentinel-2B. Ces deux satellites graviteront autour de la Terre sur une orbite polaire à une altitude d’environ 780 km. Il couvrira toute la surface du globe en cinq jours seulement.

TESAT Spacecom, la filiale d’Airbus Defence and Space située à Backnang (Allemagne), participe également aux missions Sentinel-2. Les volumes élevés des données reçues seront transmis par laser à un satellite relais grâce à l’instrument OCP (Optical Communication Payload), un équipement de communication optique de la charge utile embarqué à bord de Sentinel-2. Cette nouvelle technologie permettra d’atteindre des performances dix fois supérieures à celles obtenues par les traditionnelles technologies RF (radio-fréquences). La communication par laser aura une influence déterminante sur les possibilités d’applications futures de l’observation terrestre par satellites.

Sentinel-3 sera employé pour l’océanographie et la surveillance du couvert végétal. Sentinel-3 permettra de déterminer, avec une précision et une fiabilité inégalées, différents paramètres : topographie et température de la surface des mers et des océans, température de surface des continents, observation de la couleur des mers, des océans et des continents.

Pour cela, Sentinel-3 sera doté d’un radar altimétrique performant et d’un instrument d’imagerie optique multicanaux. Dans le cadre de cette mission, Airbus Defence and Space fournit toute une série de sous-systèmes et d’équipements pour satellites.

La mission Sentinel-4 sera dédiée aux applications opérationnelles de l’observation de la chimie atmosphérique et de la qualité de l’air, notamment la mesure des aérosols, des gaz à l’état de traces et de la couverture nuageuse dans la basse troposphère. Airbus Defence and Space est maître d’œuvre de la conception et de la fabrication des deux spectromètres de Sentinel-4.

En observant la Terre sur son orbite géostationnaire, les 2 spectromètres de Sentinel-4 permettront pour la première fois d’assurer une surveillance permanente de la composition de l’atmosphère et de la qualité de l’air au-dessus de l’Europe, du nord de l’Afrique et du Sahara. L’objectif est d’obtenir d’heure en heure des données actualisées de la qualité de l’air. D’une masse d’environ 150 kilos, ces instruments seront lancés en 2019 et 2027 à bord de satellites météorologiques Météosat de troisième génération MTG-S, et devraient chacun rester en service pour une durée de huit ans.

Les services de géo-information assurés par les Sentinel

La Division GEO-information d’Airbus Defence and Space  participe activement à la mise en place des services GMES et bénéficie d'une grande expertise dans des domaines clés depuis de nombreuses années.

Ses experts en géo-information contribuent à l’élaboration et la mise en place de services fiables qui affichent un excellent rapport coût-efficacité, notamment dans les domaines de la gestion de crises mais aussi de la protection de l'environnement (occupation des sols, aménagement du territoire, gestion de la qualité de l’eau…)

A ce titre, la division GEO-Information d'Airbus Defence and Space coordonne actuellement les projets Geoland2 pour l'environnement,  SAFER pour la coordination opérationnelle des besoins en cas de catastrophes et la fourniture de données d’information géographique pour la gestion de la sécurité et des crises et enfin G-Mosaïc pour la sécurité civile.

Geoland2 est une initiative permettant la fourniture d’informations géographiques aux échelles régionale, européenne et mondiale dans le domaine de l'environnement.

Dans ce cadre, Sentinel-2 A et Sentinel-2 B permettront de surveiller l’exploitation des sols et l’occupation des terres ou l'évolution des forêts avec une précision et une fiabilité inégalées.

Le projet SAFER est un programme européen de renforcement des capacités pour la maîtrise des situations de crise, notamment les inondations, les incendies, les séismes, les éruptions volcaniques et les glissements de terrain.

Les experts d’Airbus Defence and Space sont en charge de la coordination opérationnelle du projet.

 

EnvironnementSécurité