Airbus Defence and Space

Connectivité de haut vol avec Airbus Defence and Space Services

Avec l’Airborne Data Service (ADS) d’Airbus Defence and Space, les compagnies aériennes vont pouvoir bénéficier d’un système de communication par satellite, qui leur apportera de réels avantages en termes d’exploitation commerciale.

L’ADS offre un débit nettement supérieur à celui des systèmes traditionnels. Sa capacité de transfert de données en temps réel comprend également un message de positionnement, envoyé toutes les 60 secondes. Et du fait que ce système est doté d’un puissant processeur embarqué dans chaque avion, les compagnies aériennes et leurs équipes d’exploitation pourront sélectionner les informations précises qu’elles souhaitent envoyer.

L’Airborne Data System d’Airbus Defence and Space assurera une connectivité, en temps réel, des avions avec leurs exploitants pendant le vol. (© alphaspirit)
 L’Airborne Data System d’Airbus Defence and Space assurera une connectivité, en temps réel, des avions avec leurs exploitants pendant le vol. © alphaspirit

 

Totalement crypté et opérant via le réseau de satellites Iridium, l’ADS peut en outre être préprogrammé pour transmettre des volumes de données spécifiques et augmentés en cas d’anomalie détectée à bord.

Comme l’explique Colin Stickland, responsable R&D et Innovation chez Airbus Defence and Space : « L’ADS est conçu pour faire ce qu’aucun autre système n’est capable de réaliser : transmettre en continu des flux de données sur ce qui se passe à bord, dont des diagnostics sur l’état de la consommation carburant ou d’autres données opérationnelles, qui permettront de réduire les coûts totaux d’exploitation. Mais le réel « plus » de ce système est qu’il peut être préprogrammé pour transmettre des données continues lorsqu’il détecte quelque chose d’anormal. Ce « mouchard » livre donc aux compagnies des informations vitales pour aider à diagnostiquer les problèmes en temps réel ».

Ce service sera proposé en vertu d’un accord de coopération exclusif conclu avec la société canadienne Star Navigation, qui a déjà développé, certifié et breveté le système. Les algorithmes sophistiqués qui déterminent le moment d’envoi d’un flux continu de données en cas de problème peuvent être reparamétrés en fonction des besoins des compagnies. Cette flexibilité confère ainsi aux exploitants le contrôle total sur le type de données à transmettre et à quel moment.

Principe de fonctionnement de l’Airborne Data System.  
Principe de fonctionnement de l’Airborne Data System. © Airbus Defence and Space

 

L’annonce de ce service a fait croire un temps qu’il se substituerait aux boîtes noires qui enregistrent les principales données de vol et étayent les enquêtes consécutives aux accidents et incidents aériens. Ce que Colin Stickland réfute : « Le haut débit de transfert de données, y compris les coordonnées géographiques minute par minute, offrira aux compagnies une réelle plus-value dans la gestion de leurs opérations aériennes et, tout particulièrement, dans la planification des tâches de maintenance et de réparation. De plus, la transmission continue de données en cas de problème aidera les compagnies à faire face à ces occurrences et à mieux comprendre les circonstances d’un éventuel incident ou accident. Un sujet tristement d’actualité s’il en est depuis le crash du vol Rio-Paris d’Air France en 2009 ».

Répartition mondiale de la flotte – Airbus Defence and Space vise les exploitants de plus de dix avions. (© Frost & Sullivan)  
Répartition mondiale de la flotte – Airbus Defence and Space vise les exploitants de plus de dix avions. © Frost & Sullivan

 

Depuis l’annonce de ce système au Bourget, les tests ont démarré. « Nous menons actuellement deux campagnes d’essai pilotes auprès de deux compagnies aériennes, afin d’amasser des données de vol qui nous permettront de valider et d’améliorer le système. D’autres perspectives pourraient s’ouvrir avec les tests effectués auprès d’une compagnie européenne qui souhaite, grâce à l’ADS, optimiser son programme d’exploitation et de maintenance », explique Colin Stickland.

ADS : tout est dans la boîte ! Quant à savoir à quel moment le service pleinement opérationnel pourra être proposé à toutes les compagnies aériennes, Colin Stickland se veut une nouvelle fois optimiste : « Compte tenu de la hausse constante du trafic aérien, il est clair que les compagnies chercheront à tirer toujours plus d’avantages à pouvoir transmettre des données de vol en temps réel à leurs Quarts Opérations. Ajouté à cela le fait que la réglementation exigera, à terme, que tous les aéronefs puissent transmettre des données en cas d’anomalie et l’on peut être certain que notre nouveau service ne manquera pas d’intéresser les transporteurs aériens du monde entier. Enfin, le fait que les satellites représentent le seul et unique moyen de transmettre ce type d’informations, de manière sûre et fiable, laisse entrevoir à Airbus Defence and Space de brillantes perspectives ».
ADS : tout est dans la boîte ! © Airbus Defence and Space

NavigationNavigation ServicesInnovation