Airbus Defence and Space

Copernicus ouvre 40 ans d'observations terrestres

Le Parlement européen a entériné le 12 mars dernier le nouveau programme européen d'observation de la terre avec un budget de 4,3 milliards d'euros pour la période 2014-2020.

Copernicus, c'est le nouveau nom du programme initialement baptisé GMES (Global Monitoring for Environment and Security) conduit par la Commission Européenne en partenariat avec l’Agence Spatiale Européenne (ESA)

Copernicus collecte de manière continue et durable les données nécessaires à la surveillance des terres, de l’environnement marin, de l'atmosphère terrestre, au suivi du changement climatique et à la sécurité civile, notamment pour la gestion des catastrophes naturelles et le suivi du trafic maritime.

Sentinel-1

Parmi les applications énoncées à titre d'exemple lors du débat européen, citons « le recueil des données sur la qualité de l'eau qui permettra aux autorités de mieux protéger les eaux de baignade et de prévoir la prolifération d'algues », ou encore « la collecte des données sur les courants, les vents et le gel en mer, qui permettra d'améliorer les services de trafic maritime ou les opérations de recherche et de sauvetage ». Autre application très attendue, le suivi du changement climatique avec l'exploitation de nombreuses données en continu et sur le très long terme : variation des températures et du niveau des mers et des océans, fonte de la calotte glaciaire, rayonnement solaire, prévisions de crues, gaz à effet de serre, etc.

Toutes ces données seront recueillies à partir d’une multitude de capteurs au sol, en mer ou dans l'atmosphère mais également à partir de cinq missions satellitaires Sentinel qui seront le pivot de Copernicus en assurant la couverture d'un champ d'observation très large… pendant 40 ans !

CopernicusSatellites SentinelGMESObservation de la TerreGéo-InformationAirbus Defence and Space