Airbus Defence and Space

Défense anti-missile balistique : la réponse nécessaire à une menace nouvelle

Le déploiement de systèmes de défense anti-missile pourrait répondre demain aux besoins de maîtrise de l’espace et de protection des populations et des forces armées européennes, face à des menaces croissantes.

En novembre 2010, les chefs d’Etats membres de l’OTAN ont décidé que l’Alliance développerait une capacité de défense anti-missile en élargissant le champ des capacités de commandement, contrôle et communication de l’actuel programme de défense multicouche active contre les missiles balistiques de théâtre (ALTBMD) de l'OTAN, au-delà de la protection des forces de projection otaniennes, afin d’assurer également la protection des populations, territoires et forces européennes membres de l’Alliance.

Comme la dissuasion, l’accès à l’espace et les systèmes satellitaires, la défense anti-missile balistique est au cœur du métier d’Airbus Defence and Space, leader incontesté de ce secteur en Europe. Airbus Defence and Space apporte à AIRBUS Group le segment spatial et exo-atmosphérique (haute altitude), un élément qui différencie fortement le Groupe des autres sociétés aérospatiales européennes.

Airbus Defence and Space bénéficie d'une expertise confirmée dans le développement des systèmes satellitaires d’alerte avancée pour détecter, localiser et caractériser le départ de missiles balistiques. Airbus Defence and Space a développé le premier démonstrateur optique d’alerte antibalistique avancé en Europe, baptisé SPIRALE, pour le compte du ministère français de la Défense. Le système SPIRALE a été lancé en février 2009.

Dans le domaine des systèmes de défense exo-atmosphériques, Airbus Defence and Space dispose d’une longue expérience de maître d’œuvre, en matière de connaissance et de gestion de la bataille balistique, des essais en vol et des moyens de discrimination. La société dispose également des capacités industrielles nécessaires à la fourniture d’éléments clés (étages propulsifs, systèmes de propulsion et intercepteurs de type "kill vehicle"), destinés aux systèmes d’interception. Anticipant les besoins opérationnels futurs, Airbus Defence and Space engage ses capacités de recherche et de technologie dans la définition de projets recouvrant tous les aspects des systèmes d’interception : analyse de la menace, scénarios d’engagement et d’interception, conception et développement de composants majeurs du système. Airbus Defence and Space développe actuellement un concept d’intercepteur exo-atmosphérique, dénommé EXOGUARD, et destiné à identifier les sauts technologiques indispensables à la réalisation de tels systèmes. Ceci afin de disposer des savoir-faire et des ressources nécessaires, le moment venu, pour répondre de façon adaptée à toute menace balistique.

Cette expertise reconnue a conduit l’OTAN, en 2004, à choisir Airbus Defence and Space comme membre d’un consortium transatlantique, chargé de mener l'étude de faisabilité d’un système de défense anti-missile. Dans ce cadre, Airbus Defence and Space a tout particulièrement été chargé de l’identification de la nature technique précise de la menace et de la vérification de la faisabilité technique de l’architecture du système et de ses différents composants, de la performance des capteurs et des spécifications techniques détaillées. Ce contrat a été étendu jusqu’à fin 2010 et a contribué à la préparation des sommets des chefs d’Etat de l’OTAN qui se sont tenus à Bucarest, Strasbourg-Kehl et Lisbonne.

Fin 2006, Airbus Defence and Space et le consortium Team SAIC ont remporté le premier appel d'offres de l'OTAN ALTBMD (Active Layered Theatre Ballistic Missile Defence). Ce programme vise à fédérer les capacités de défense anti-missile balistique des Etats membres, dans le cadre d’opérations sur des théâtres extérieurs. Le contrat d'Ingénierie Système et d'Intégration SE&I (System Engineering and Integration), d’un montant de 100 millions d’euros sur une durée de 6 ans, couvre la définition et la construction d’une plate-forme de simulation permettant de valider les interfaces entre les systèmes d’armes, les senseurs et les moyens de commandement, de tester leur interopérabilité et d'en vérifier les performances. Airbus Defence and Space est responsable de l'ingénierie système et apporte une contribution essentielle aux études d’architecture, en réalisant la définition de la chaîne d’engagement. Airbus Defence and Space a également soutenu les opérations d’intégration, d’essai et de validation, ainsi que pour le développement du banc d’essai, en fournissant notamment le module de menace.

DéfenseSécurité