Airbus Defence and Space

Exploration de l'Univers Actualités

Cinq ans sur Mars, dix années terrestres

Mars Express

Il y a 10 ans, en en juin 2003, l’Europe a lancé sa première mission à destination de la planète rouge, Mars Express, réalisé sous maîtrise d’Airbus Defence and Space. Presque sept mois plus tard, cette mission a atteint son orbite de destination autour de Mars, au terme d’un voyage interplanétaire de 400 millions de kilomètres. Puisque une année martienne dure 687 jours terrestres, cela fait donc cinq ans (martiens) qu’il est arrivé à bon port !

Diez años de la sonda Mars Express de Airbus Defence and SpaceLa mission a, depuis, fourni une abondance de données et a été prorogée au-delà de la durée de vie initialement prévue. Une part significative de ces données, autour de 40%, provient de la caméra stéréo haute résolution (HRSC), développée et fabriquée par Airbus Defence and Space. A ce jour, la caméra a enregistré près de 90 % de la surface de la planète, sachant que deux tiers de ces images possèdent une résolution particulièrement élevée de seulement quelques mètres par pixel.

Cette richesse de détail permet aux scientifiques de tirer des conclusions sur la façon dont chacun des différents paysages a été formé, que ce soit par l’activité volcanique, l’impact de météorites, le vent - ou même l’eau. Cette dernière a laissé des traces permettant d’affirmer qu’elle était présente sur la planète à la fois à l’état liquide et solide.

Images prises par la caméra stéréo à haute résolution (HRSC) de la sonde Mars Express

Mars Express HRSC (© ESA/DLR/FU Berlin (G. Neukum))

Les deux cratères d’impact imbriqués, Sigli et Shambe, dont les bassins sont extrêmement fracturés. Cette région suscite le vif intérêt de la communauté scientifique, étant donné qu’elle révèle des signes importants de la présence d’anciens lacs et rivières.

(© ESA/DLR/FU Berlin (G. Neukum))

Mars Express HRSC (© ESA/DLR/FU Berlin (G. Neukum))

Une partie de la région polaire nord de Mars durant le solstice d’été. Le solstice est le jour le plus long et marque le début de l’été pour l’hémisphère nord de la planète. Toute la glace de dioxyde de carbone a disparu, laissant juste apparaître une calotte brillante de glace d’eau (illustrée par les zones blanc brillant sur la photo).

(© ESA/DLR/FU Berlin (G. Neukum))

Mars Express HRSC (© ESA/DLR/FU Berlin (G. Neukum))

Cratère d'impact ovale, dans l'hémisphère sud de Mars. Situé juste au sud du bassin Huygens, ce cratère, de forme allongée, pourrait avoir été creusé par un train de projectiles, heurtant la planète sous un angle faible. Profonde de 2 000 m, large d'un peu moins de 10 km à une extrémité et de 25 km à l'autre, cette dépression s'étend sur environ 78 km de long.

(© ESA/DLR/FU Berlin (G. Neukum))

Mars Express HRSC (© ESA/DLR/FU Berlin (G. Neukum))

Kasei Valles et Sacra Fossae, révélant la topographie chaotique du site. Cette image est d’une résolution au sol d’environ 21 m/pixel et couvre une superficie de 225 x 95 km (21 375 km²), soit près de la moitié des Pays-Bas.

(© ESA/DLR/FU Berlin (G. Neukum))

Mars Express HRSC (© ESA/DLR/FU Berlin (G. Neukum))

Cette image apporte un nouvel éclairage sur la « physionomie » de Mars. En effet les données et les images recueillis par la sonde suggèrent que les « dépôts clairs », l’un des phénomènes les moins bien compris sur Mars, auraient été formés par l’irruption à la surface de grandes quantités d’eau souterraine. Les scientifiques font l’hypothèse que l’eau souterraine a joué un rôle plus important qu’on ne le pensait dans le « façonnage » du paysage martien et qu’elle a pu abriter des formes de vie primitives lorsque la planète à commencer à s’assécher.

(© ESA/DLR/FU Berlin (G. Neukum))

PlanèteExoMarsMars ExpressExploration spatiale