Airbus Defence and Space

L’interférométrie radar à synthèse d’ouverture

L’interférométrie radar à synthèse d’ouverture est une technique applicable à de multiples domaines. Le radar enregistre deux images ou plus de la même région à des moments différents. En comparant les images, il est alors possible de détecter tous les changements susceptibles de s’être produits dans l’intervalle. L’interférométrie peut être réalisée par un seul satellite ou par deux satellites évoluant en tandem sur la même orbite.

L’interférométrie radar à synthèse d’ouverture

En association avec le satellite radar européen ERS-2, cette méthode a servi à déterminer les propriétés d’écoulement des glaciers. En 2010, les scientifiques ont utilisé avec succès l’interférométrie radar à synthèse d’ouverture pour étudier la Barrière de Larsen dans l’Antarctique.

La toute première image

Le premier produit d’Envisat publié par l’ESA est une image ASAR montrant la désintégration de la barrière de glace de Larsen, en Antarctique. Ce phénomène, déjà enregistré par ERS quelques années plus tôt, a été confirmé par la première imagerie à large fauchée du radar ASAR. Contrairement aux précédentes images de cette région, qui devaient être mises bout à bout, cette image ASAR a également démontré les progrès offerts par cet instrument, d’une couverture supérieure à 400 km².

ASAR montrant la désintégration de la barrière de glace de Larsen, en Antarctique

Cette technique leur a également permis de prendre des mesures extrêmement précises de la subsidence de villes comme Venise en Italie, et des déplacements de terrain provoqués par les séismes comme ceux du Sichuan (Chine) en 2008 et de L’Aquila (Italie) en 2009.

Des déplacements de terrain en Italie

 

SCIAMACHY MIPAS GOMOS Advanced Synthetic Aperture Radar ASAR AATSR
      SCIAMACHY           MIPAS          GOMOS           ASAR           AATSR

 

EnvironnementEnvisatERS