Airbus Defence and Space

La face cachée de la Wii

Airbus Defence and Space soutient un projet de recherche visant à développer l’utilisation de la console de jeu Wii comme moyen d’entraînement du sens de l’équilibre chez les astronautes, et comme matériel de rééducation dans le domaine médical.

Bonne nouvelle pour les astronautes qui vont bientôt pouvoir s’entraîner tout en s’amusant dans l’espace ! Les consoles de jeux vidéo devraient prochainement faire partie de l’équipement standard des missions de longue durée. C’est en tout cas ce dont est convaincu Ulrich Kübler, responsable Business Development chez Airbus Defence and Space à Friedrichshafen. « Dans le cadre de notre projet de recherche, nous avons montré, en prenant l’exemple de la Wii de Nintendo, qu’il est possible, moyennant un système spécifique de sanglage asservi à un plateau dynamique, de solliciter le sens de l’équilibre, y compris en condition d’apesanteur, et de simuler la force d’attraction de la Terre ou celle d’autres planètes. Ce sont là des aspects essentiels de la préparation des astronautes, surtout lorsqu’ils doivent effectuer des missions de longue durée », assure Ulrich Kübler.

Le dispositif expérimental mis en place à bord de l’Airbus A300 Zéro-G, à Bordeaux-Mérignac. Au sol, le « plateau dynamique », qui est paramétré au moyen du moniteur. Un système de sanglage sophistiqué « maintient » l’expérimentateur sans influencer les résultats des mesures.

Le dispositif expérimental mis en place à bord de l’Airbus A300 Zéro-G, à Bordeaux-Mérignac. Au sol, le « plateau dynamique », qui est paramétré au moyen du moniteur. Un système de sanglage sophistiqué « maintient » l’expérimentateur sans influencer les résultats des mesures.

Airbus Defence and Space travaille à la mise en pratique de cette idée en collaboration avec les Universités de Fribourg et de Constance, et le soutien du Centre aérospatial allemand (DLR) et de Nintendo. Après une première campagne d’essais en vol parabolique à bord de l’A300 Zéro-G, plusieurs séries de tests sont envisagées à bord de la Station spatiale internationale (ISS). Selon Ulrich Kübler, l’intérêt des agences spatiales pour ces travaux est bien réel. Une fois qu’elles auront donné leur feu vert, il devrait s’écouler moins d’un an avant que les systèmes ne soient qualifiés pour un vol spatial.

Les expérimentateurs de l’Université de Fribourg, en compagnie du Professeur Albert Gollhofer (à gauche) avant le vol.

Les expérimentateurs de l’Université de Fribourg, en compagnie du Professeur Albert Gollhofer (à gauche) avant le vol.

Voici déjà plusieurs dizaines d’années que les chercheurs et ingénieurs de Friedrichshafen se passionnent pour les questions relatives à l’apesanteur. Ulrich Kübler a eu l’idée d’utiliser une console de jeu vidéo avec un plateau dynamique il y a quelques années, un beau jour de Noël, alors qu’il essayait lui-même pour la première fois la Wii que ses fils avaient reçue en cadeau. Peu de temps après, un jeune diplômé en ingénierie du sport, récemment embauché au sein d’Airbus Defence and Space, a effectué les premiers tests et analyses avec une quarantaine d’autres jeunes recrues et stagiaires du site de Friedrichshafen. C’est aussi à ce stade qu’a été mis au point l’indispensable système de sanglage avec lequel l’utilisateur peut être relié au plateau sans être totalement stabilisé. « Nous avons fait breveter ce système de sanglage », indique Ulrich Kübler.

Sous l’impulsion du département New Business, Airbus Defence and Space tient à ce que le développement du dispositif trouve aussi des applications bénéfiques dans la vie quotidienne. « Les questions de l’équilibre deviennent chaque jour plus importante compte tenu du vieillissement de la population », explique Ulrich Kübler. Des études auraient révélé que, pour les seuls Etats-Unis et l’Europe, les caisses d’assurance maladie consacrent chaque année 20 milliards d’euros à la rééducation de patients sujets à des pertes d’équilibre. « Notre objectif actuel consiste à développer au plus vite un appareil d’entraînement judicieux, afin que notre Wii et son système de sanglage puissent aussi être mis en service de manière ciblée dans le secteur de la réhabilitation fonctionnelle », poursuit Ulrich Kübler.

Georg Hettich, Champion olympique de Combiné nordique 2006, aujourd’hui collaborateur scientifique à l’Institut des Sports et des Sciences du Sport de l’Université de Fribourg. Participant au vol parabolique, il se prépare ici à effectuer une série de tests.

Georg Hettich, Champion olympique de Combiné nordique 2006, aujourd’hui collaborateur scientifique à l’Institut des Sports et des Sciences du Sport de l’Université de Fribourg. Participant au vol parabolique, il se prépare ici à effectuer une série de tests.

Des études cliniques, menées en partenariat avec l’Université de Constance, doivent maintenant vérifier le dispositif dans les détails, afin que la prise en charge des frais de rééducation soit confirmée par les caisses d’assurance maladie. Selon Ulrich Kübler, le but consiste à lancer le produit en partenariat avec un industriel du secteur dès le mois de novembre 2012, à l’occasion du salon Medica, grand rendez-vous du secteur des technologies médicales. « Que ce soit dans l’espace, dans le cadre de missions de longue durée à destination de Mars ou de la Lune, ou bien pour la rééducation fonctionnelle, l’avenir est aux entraînements motivants, plaisants et ludiques qui feront la part belle à la réalité virtuelle ! » Ulrich Kübler en a la certitude.

 

ISSvols habités