Airbus Defence and Space

Accès à l'espace Focus

HOMER prend de la hauteur

HOMER (HOver ManoEuvRe), un projet de Recherche & Développement d’Airbus Defence and Space, est un démonstrateur multifonctionnel pouvant servir à la fois dans le cadre d’applications terrestres et orbitales, HOMER est l’un des projets phares d’Airbus Defence and Space destinés à créer une émulation autour de projets et technologies visionnaires

Comment développer une plate-forme de vol stationnaire dotée d’un système propulsif hautement réactif et la combiner à un mécanisme d’atterrissage en douceur ?

La réponse s’appelle HOMER (HOver ManoEuvRe), un projet de Recherche & Développement d’Airbus Defence and Space.

Démonstrateur multifonctionnel pouvant servir à la fois dans le cadre d’applications terrestres et orbitales, HOMER est l’un des projets phares d’Airbus Defence and Space destinés à créer une émulation autour de projets et technologies visionnaires.

HOMER a réalisé avec succès ses premiers essais de validation au sol

Le démonstrateur technologique HOMER (HOver ManoEuvRe) a passé haut la main ses essais de validation, dont une phase de vol libre en configuration atterrisseur

Le démonstrateur technologique HOMER (HOver ManoEuvRe) a passé haut la main ses essais de validation, dont une phase de vol libre en configuration atterrisseur

Incubateur de technologies

« La plate-forme HOMER peut être perçue comme un incubateur de technologies multifonctionnelles, qui peut être adaptée pour servir de démonstrateur d’atterrissage planétaire ou de véhicule particulièrement agile pour démontrer la mobilité dans l’espace », explique Nicolas Sauvage, Chef du projet HOMER.

La configuration ODYSSEY, qui comporte trois jambes d’atterrissage (configuration Atterrisseur)

La configuration ODYSSEY, qui comporte trois jambes d’atterrissage (configuration Atterrisseur)

« Il se décline en deux configurations : la version dédiée à la Mission ODYSSEY (Atterrisseur), pour laquelle HOMER est équipé d’un système d’atterrissage (avec des jambes à absorption de chocs) et d’un unique moteur vertical, et la version dédiée à la Mission ILIAD (Impacteur), démunie de système d’atterrissage mais combinée à deux moteurs latéraux additionnels. Dans le cadre de la validation du démonstrateur au niveau système, nous nous sommes concentrés sur la version ODYSSEY pour les manœuvres d’atterrissage. Cependant, le véhicule est également spécifié pour réaliser des translations latérales et démontrer son agilité dans l’espace avec la configuration impacteur ILIAD ».

La configuration ILIAD (configuration Impacteur)

La configuration ILIAD (configuration Impacteur)

Une première en Europe

Il est porté par une équipe multidisciplinaire, transnationale et multi-sites, unie et motivée par les mêmes ambitions : amener une propulsion d’un genre nouveau - basée sur le principe d’injection « pintle » (pointeau) à maturité - une première en Europe, ce principe avait été retenu par la Nasa pour le moteur servant à l’alunissage du module lunaire des missions Apollo - et ainsi démontrer les compétences d’Airbus Defence and Space dans l’intégration de systèmes complets et la réalisation d’essais systèmes très en amont dans la logique de développement.

« HOMER vise à positionner Airbus Defence and Space comme la première entreprise spatiale à ajouter deux nouvelles plates-formes à son portefeuille : une plate-forme d’atterrissage pour l’exploration planétaire et une plate-forme dédiée à la mobilité dans l’espace, rappelle Jean-Luc Macret, Responsable des projets de R&T d’Airbus Defence and Space. La réussite des premiers essais de validation au sol conduits en octobre 2012 au site d’Airbus Defence and Space en Aquitaine nous place en excellente position pour y parvenir ».

Le premier vol d’essai stationnaire de HOMER s’est déroulé avec succès dans le nouveau centre d’essais Primevère du site d’Airbus Defence and Space Aquitaine. Une première européenne

Une première européenne : le premier vol d’essai stationnaire de HOMER s’est déroulé avec succès dans le nouveau centre d’essais Primevère du site d’Airbus Defence and Space Aquitaine

Tests de vol libre en configuration atterrisseur

Le vol d’essai visait à valider la plate-forme, à savoir démontrer une phase de vol stationnaire, une manœuvre de roulis, puis un atterrissage en douceur du véhicule depuis une hauteur d’environ un mètre du sol.

Pour la réalisation de ces tests, la plate-forme HOMER a été intégrée sur le site de Brême en Allemagne, puis transférée sur le site d’essais en Aquitaine. Pour la campagne d’essais en vol libre, le véhicule a été installé sur sa plate-forme d’essai en configuration atterrisseur, afin de réaliser ses manœuvres de décollage, vol stationnaire, roulis, descente et freinage, puis terminer par un atterrissage en douceur. « Nous sommes heureux d’annoncer que HOMER est à présent validé au niveau système », se réjouit Nicolas Sauvage.

Prochaines étapes

L’objectif de réaliser une manœuvre stationnaire de la version ODYSSEY d’HOMER a été atteint. Quelles sont maintenant les prochaines étapes ?

La plate-forme d’essai HOMER est désormais prête pour la phase d’essais suivante. Selon les exigences des futurs clients, le véhicule pourra être testé en translations latérales ou encore testé lors de phase d’approche finale dans le cadre d’un test de chute haute-altitude, où HOMER serait lâché depuis un hélicoptère à une centaine de mètres du sol. « L’atout majeur de ce démonstrateur est d’être doté d’une large flexibilité en termes d’usage ultérieur et d’adaptation future », explique Nicolas Sauvage. « Avec la validation de cette plate-forme, nous avons positionné Airbus Defence and Space comme la première entreprise spatiale en Europe à se doter de la capacité de vols d’essais et nous devrions tirer rapidement parti du savoir-faire technologique acquis ».

Et Jean-Luc Macret d’acquiescer : « L’objectif à long terme consiste à obtenir une propulsion de précision et un atterrissage en douceur, ainsi qu’une capacité de navigation et d’évitement d’obstacles au profit des atterrisseurs planétaires. Ces technologies majeures seront amenées à maturité et qualifiées séparément par Airbus Defence and Space au cours des deux à trois prochaines années. Elles seront ensuite intégrées à la prochaine génération de démonstrateurs - par exemple, un démonstrateur d’élimination des débris spatiaux - qui viendra s’ajouter au portefeuille d’Airbus Defence and Space ».

TechnologiePropulsionInnovation