Airbus Defence and Space

Le monde sous nos yeux

Comme des millions d’autres personnes dans le monde, vous regardez la Coupe du monde de football en direct à la télévision. Sachez pourtant que les images qui défilent sous vos yeux ont parcouru en une seule seconde pas moins de 36 000 kilomètres pour atteindre un satellite et revenir sur Terre ! Les satellites nous offrent le monde en temps réel.

Début 1962, un journaliste du « National Geographic » a rencontré les scientifiques travaillant sur Telstar 1, le premier satellite de télécommunications au monde. « Je me voyais déjà assis dans mon salon, près de Washington, D.C., en train de regarder la Cérémonie d'ouverture du Parlement britannique ou les jeux Olympiques en Asie », écrivit-il. Presque un demi-siècle plus tard, cette vision futuriste était devenue une réalité quotidienne. Lancé le 10 juillet 1962, Telstar 1 a permis la première retransmission télévisée transatlantique : envoyées depuis les Etats-Unis, les images ont été reçues au Royaume-Uni et en France. Avant la fin de sa mission en février 1963, le satellite a également permis des transmissions téléphoniques, télégraphiques, téléphotographiques, télécopiées, ainsi que des données, marquant le début d’une nouvelle ère de la communication mondiale.

L’idée d’utiliser des satellites pour envoyer sons et images dans le monde entier a d’abord été rendue populaire en 1945 sous la plume de l’écrivain britannique Arthur C. Clarke (célèbre pour son roman « 2001, l’Odyssée de l’espace »). Dans un article publié par la revue « Wireless World », il décrivit la possibilité d’établir un réseau de communication mondial reposant sur des satellites en orbite à 36 000 kilomètres au-dessus de l’équateur. Gravitant selon la même période de rotation que celle de la Terre, ces satellites survoleraient en permanence le même point du globe. Selon Clarke, sur une telle orbite géostationnaire, trois satellites seulement pourraient couvrir l’ensemble du globe. L’histoire s’est poursuivie et les ambitions se sont multipliées. En 1962, un scientifique du projet Telstar déclarait au « National Geographic » que « 30 à 50 pourraient un jour relier tous les pays du monde ». Depuis, l’« orbite de Clarke » a accueilli des centaines de satellites qui relaient des quantités d’images, de mots et de données venus de la Terre et renvoyés vers elle, en nous offrant un regard inédit sur le monde.

Représentant plus de la moitié de ce trafic, c’est probablement la télévision qui a évolué le plus radicalement avec les satellites géostationnaires - et pas seulement, comme on pourrait le penser, pour ceux qui la reçoivent grâce à une antenne parabolique installée sur leur toit. Les satellites sont aujourd’hui essentiels à toutes les phases du processus de diffusion. Sans eux, nous ne pourrions pas regarder les actualités ou les événements sportifs en direct, comme la finale de la Coupe du monde de football. Ils ont offert à des millions de téléspectateurs un accès sans précédent à l’information et au divertissement.

Inversement, les satellites ont également dû s’adapter pour répondre à une demande en constante croissance. Tandis que Telstar 1 pesait seulement 77 kg et n’était équipé que d’un seul transpondeur (un dispositif qui reçoit et retransmet le signal), les satellites de télécommunications actuels peuvent peser jusqu’à 6000 kg et comptent généralement 32 transpondeurs. A titre d’exemple, les satellites Hot Bird 8, 9 et 10 d’Eutelsat, respectivement lancés en 2006, 2008 et 2009, sont tous les trois équipés de 64 transpondeurs, chacun étant capable de retransmettre une dizaine de signaux TV numériques. La demande en faveur de satellites toujours plus puissants se poursuivra certainement à mesure que la télévision progresse dans l’ère de la haute définition - ce qui nécessitera des bandes passantes plus larges. Précisons également que le nombre de chaînes TV numériques dans le monde entier devrait doubler d’ici 2017 pour atteindre 30 000 ! A 36 000 km au-dessus de nos têtes, les satellites ont véritablement changé notre façon de voir le monde…

 

 

SatelliteTélévision