Airbus Defence and Space

MIPAS fouille dans le spectre infrarouge

MIPAS détecte les concentrations d’un nombre encore plus grand de gaz à l’état de trace

Le spectromètre MIPAS va encore plus loin dans le spectre infrarouge pour préciser les résultats obtenus par SCIAMACHY. MIPAS détecte les concentrations d’un nombre encore plus grand de gaz à l’état de trace - plus de 20 - à des altitudes situées entre 5 et 150 kilomètres. Il est tout particulièrement capable d’enregistrer des profils thermiques atmosphériques de jour comme de nuit.

Envisat a largement été évoqué par les médias début avril 2011, après avoir transmis des données indiquant une diminution record de la couche d’ozone au-dessus de l’Arctique, due à un vortex d’air inhabituellement stable qui a provoqué une chute considérable des températures. Envisat a précisément permis à la communauté scientifique d’étudier ce phénomène en détail: MIPAS a fourni les relevés de températures, GOMOS a mesuré les concentrations d’ozone et SCIAMACHY a enregistré les concentrations de composés chlorés responsables de l’amincissement de la couche d’ozone.

Le satellite Envisat excelle tout particulièrement dans la recherche sur l’ozone grâce à sa capacité de combiner les relevés de ses multiples instruments.

MIPAS, instrument d'ENVISAT construit par Airbus Defence and Space

En outre, MIPAS a permis aux chercheurs de démontrer que la principale diminution de la couche d’ozone à des altitudes atteignant 70 kilomètres peut également être imputable à de puissantes éruptions solaires. Lorsque les protons (noyaux d’hydrogène) éjectés par les éruptions solaires entrent dans l’atmosphère terrestre, ils s’accompagnent d’une production d’oxydes d’hydrogène (HOx) et d’oxydes d’azote (NOx) qui, à leur tour, entraînent des réactions chimiques attaquant la couche d’ozone à hauteur de 70 % de son épaisseur. Les données de MIPAS ont cependant révélé que l’atmosphère met seulement quelques jours ou semaines pour se « remettre » complètement de ce type d’événements.

MIPAS, instrument du satellite ENVISAT construit par Airbus Defence and Space

Les données de MIPAS servent également à bien d’autres domaines de la recherche atmosphérique. Par exemple, les mesures d’acide formique, responsable des pluies acides, ont révélé des concentrations élevées dans l’hémisphère sud. Ces informations peuvent servir à localiser les sources et contribuer à intégrer cette substance dans les modèles climatiques. Par ailleurs, les scientifiques utilisent MIPAS pour suivre de près l’influence des moussons sur la répartition de la vapeur d’eau et de l’ozone dans toute l’atmosphère et surveiller, localiser et comprendre comment les activités humaines entraînent l’émission de polluants comme l’acide cyanhydrique et l’éthane dans l’atmosphère.

MIPAS © Airbus Defence and Space

 

SCIAMACHY MIPAS GOMOS Advanced Synthetic Aperture Radar ASAR AATSR
      SCIAMACHY           MIPAS          GOMOS           ASAR           AATSR

 

Observation de la TerreEnvisat