Airbus Defence and Space

Eyjafjallajökull sous l’oeil perçant de TerraSAR-X

La technologie radar de TerraSAR-X démontre sa capacité d’observation à travers les nuages et la fumée, pour livrer des images saisissantes du volcan islandais

Aucun avion n’était autorisé à voler à proximité de ce volcan actif, ni même au loin ! Quant aux satellites optiques, ils ont été sérieusement pénalisés par cet écran de fumée. TerraSAR-X, lui, a pu observer en toute sécurité le site éruptif et ses alentours avec une grande clarté, malgré l’éloignement.

 

Le volcan Eyjafjallajökull sous l’œil perçant de TerraSAR-X

Sur cette image, deux acquisitions StripMap de TerraSAR-X (de 3 m de résolution) prises à deux dates différentes et superposées à une couche de changement, constituent une image composite en couleur. Ce procédé permet de révéler les évolutions de la zone en différentes couleurs. La première image, enregistrée le 25 mars 2010, est représentée par la bande rouge, la seconde, datée du 16 avril, par la bande verte, et les différences entre les deux images sont mises en évidence par la bande bleue.

Sur la partie droite de la carte (à l’est de la caldeira du volcan), des structures de lumière bleue sont visibles. Ces particularités résultent de la première éruption du volcan, intervenue le 20 mars à quelques kilomètres à l’est du glacier sur le versant nord du col de Fimmvörðuháls.

Au centre de la carte, la caldeira (le cratère) du volcan apparaît en rouge, vert et jaune. Le rouge vif tient principalement à la colonne éruptive formée à la seconde éruption, au sommet de la caldeira du volcan. Sur l’image enregistrée le 16 avril, le signal radar dans cette zone indique un très faible retour, qui peut être dû à la vapeur d’eau présente dans le panache volcanique. Les tons orange, rouge foncé, jaune et vert proviennent des changements des valeurs de rétrodiffusion au niveau des zones recouvertes par la neige touchées par l’éruption (couverture de cendres, fonte des neiges, etc.)

Au nord du cratère, on distingue une structure circulaire bleu clair. Sur la première acquisition, il s’agissait d’un lac. Après la seconde éruption, qui a débuté le 14 avril, il s’est retrouvé rempli de débris. A l’ouest de l’ancien lac, les structures rouges indiquent les écoulements d’eau de fusion nouvellement formés, à partir de la glace fondue qui recouvrait précédemment le cratère central.

Le volcan Eyjafjallajökull sous l’œil perçant de TerraSAR-XL’image ci-contre est une acquisition StripMap individuelle de TerraSAR-X (de 2,9 m de résolution) du volcan Eyjafjallajökull, datée du 15 avril 2010, juste après la seconde éruption.

Cette prise de vue montre que toute la neige qui entoure la caldeira du volcan a disparu et que trois cratères noirs ont été formés par les activités volcaniques. Une fissure relie les cratères nord-est et sud formés par la nouvelle éruption. Les fines particules de cendre résultant de l’éruption ont été entraînées vers l’Est par le vent, et déposées sur la glace, formant un revêtement dense et lisse. Dans ces régions, le rayonnement hyperfréquence émis par le satellite radar n’est que faiblement réfléchi et apparaît donc plus sombre.

Le volcan Eyjafjallajökull sous l’œil perçant de TerraSAR-XOn peut comparer cette image à une autre enregistrée dans la même région avant l’éruption volcanique. Cette autre acquisition StripMap (de 2,9 m de résolution) a été enregistrée le 31 mars 2010. La caldeira du volcan était alors recouverte de 200 m de glace, ce que révèle clairement le point clair sur l’image satellite.

 

Infoterra Website (version anglaise)

EnvironnementTerraSAR-XRadar