Airbus Defence and Space

Les satellites mettent tous leurs voyants au vert

La technologie spatiale au service de la lutte contre la déforestation

 

Alors que le monde s’emploie à empêcher une hausse globale de la température de plus de 2 °C, seuil d’un « climat potentiellement dangereux » selon la communauté scientifique, un rapport publié par l’Agence internationale de l’énergie (AIE) en novembre tire véritablement la sonnette d’alarme, en affirmant que les émissions de gaz carbonique à effet de serre dans l’atmosphère se sont aggravées dans des proportions extrêmement rapides et préoccupantes. Il semblerait donc qu’il soit grand temps de mettre la planète au régime « carbone » sec…

Le réchauffement planétaire induit au-dessus de ce seuil « de sécurité » serait catastrophique : élévation du niveau des mers, emballement des conditions météorologiques, sécheresse, migrations de masse, pénuries alimentaires en raison des répercussions sur l’agriculture, multiplication des épidémies, pour ne citer que quelques exemples.

Dans ce contexte, la nécessité de sauvegarder les forêts de notre planète se fait encore plus urgente. Les forêts sont au cœur de l’écosystème naturel : elles régulent le cycle hydrologique, stabilisent les sols, purifient l’air, fournissent un habitat à un nombre incalculable d’espèces animales et modèrent le climat en absorbant le dioxyde de carbone. Pillées et menacées à un rythme effréné, elles libèrent leurs stocks de carbone et concourent sans commune mesure au problème du réchauffement climatique mondial.

Airbus Defence and Space protège la forêt africaine grâce à ses images satellite © CNES/Distribution Airbus Defence and Space-Spot Image

Airbus Defence and Space protège la forêt africaine grâce à ses images satellite © CNES/Distribution Airbus Defence and Space-Spot Image

Le mécanisme REDD (Réduction des émissions causées par le déboisement et la dégradation des forêts) des Nations unies crée de la valeur financière pour le carbone stocké dans les forêts, incitant ainsi les pays émergents à réduire les émissions des zones forestières et à investir dans des filières à faible émission de carbone au profit d’un développement durable. L’imagerie satellitaire et les solutions de géo-information sont autant d’outils indispensables pour établir des cartes actualisées, procéder à des mesures précises et irréfutables de détection des changements au sein des forêts, évaluer l’efficacité des programmes REDD et fournir des modèles significatifs de carbone. La division GEO-Information d’Airbus Defence and Space joue un rôle de chef de file dans ce domaine, en concevant et mettant en œuvre des services d’intervention rapide, des processus et des systèmes adaptés aux questions spécifiques qui prévalent dans différentes régions du monde.

Lutte contre la déforestation en Amazonie : Surveillance et intervention

Avec une superficie de près de 7,8 millions de km², l’Amazonie est la plus grande forêt tropicale au monde, longeant à plus de 60 % les frontières brésiliennes. Elle abrite près de la moitié des espèces connues sur Terre et possède environ 20 % des réserves en eau douce du globe. Elle est victime de 50 % de la déforestation mondiale - jusqu’à 80 % des activités d’exploitation forestière illégale sont conduites en Amazonie brésilienne.

Airbus Defence and Space GEO-Information travaille depuis de nombreuses années avec l’ONG brésilienne IMAZON dans deux des régions les plus sensibles du pays : les Etats du Mato Grosso et d’Acre.

Au Mato Grosso, l’objectif consistait à retracer la chronologie des changements et la dégradation de la forêt tropicale afin d’évaluer les tendances en matière d’émissions de gaz carbonique. Cette « situation de référence » établie dans certains pays ou régions est l’une des composantes clés du cadre REDD. La solution d’Airbus Defence and Space consistait à développer une suite et une méthodologie uniques de traitement d’images, ainsi qu’à recueillir et retraiter le volume colossal d’images d’archive des 600 000 km² de forêt du Mato Grosso transmises par le satellite Landsat dans les années 1980. A partir de cette banque d’informations, les experts procèdent à l’analyse quantitative des émissions de carbone sur une période de 25 ans, jusqu’à aujourd’hui. L’efficacité de cette approche est impressionnante : 650 images de Landsat ont été traitées et analysées en l’espace de deux mois, démontrant un système capable d’être déployé rapidement pour assurer une surveillance permanente de l’avancement et des tendances de la déforestation. Présenté en 2009 lors de la Conférence de Copenhague sur le Changement climatique, cet outil Airbus Defence and Space-IMAZON a été salué par la communauté scientifique internationale.

Les forêts fournissent un habitat à un nombre incalculable d’espèces animales, d’oiseaux et d’insectes

Dans l’Etat d’Acre, la problématique était différente : le délai entre l’acquisition des photos aériennes de la région et la livraison des cartes et statistiques de la déforestation était trop long - de l’ordre de plusieurs mois - pour permettre aux autorités locales d’intervenir efficacement et empêcher l’exploitation forestière illégale en temps et en heure.

Sollicitée par IMAZON, la division GEO-Information d’Airbus Defence and Space est passée à l’action. Tout d’abord, le satellite FORMOSAT-2, fabriqué par Airbus Defence and Space, a été chargé d’imager les zones d’intérêt à des instants prédéterminés. Sur une interface web spéciale, « MyFORMOSAT-2 », un plan de revisite quotidien du satellite a été établi, et des images FORMOSAT-2 de haute résolution ont été ensuite acquises et générées en temps réel afin de surveiller la région. Au total, 1160 images ont été produites entre mi-août et fin octobre 2007, orthorectifiées et importées dans un SIG. Les cartes existantes sur la déforestation, produites par IMAZON en 2005 et 2006, ont été superposées aux images pour mettre en exergue puis numériser les zones de forêts défrichées - identifiées par les levés FORMOSAT-2 au moment de l’acquisition.

Fort de cet outil sur mesure, IMAZON peut produire des cartes actualisées en l’espace de quelques jours et les fournir à l’Agence environnementale de l’Acre et autres ONG au profit de la planification des opérations de terrain. Carlos Souza, Directeur exécutif d’IMAZON, se félicite : « Grâce à MyFORMOSAT-2, nous avons fait évoluer nos modes opératoires. Auparavant, il nous fallait plusieurs mois pour établir des cartes, et nous ne faisions que rendre compte de la destruction des forêts. Mais aujourd’hui, nous sommes en mesure de transmettre l’information dans les plus brefs délais, ce qui permet aux autorités brésiliennes d’intervenir sur le champ ! »

L’exploitation forestière dans le bassin du Congo

Airbus Defence and Space, via sa GEO-Information division, et l’Agence Française de Développement (AFD) fournissent des images prises par satellites des forêts du bassin du Congo aux porteurs des projets de conservation de la forêt de cette région. © CNES/Distribution Airbus Defence and Space-Spot Image

Airbus Defence and Space, via sa GEO-Information division, et l’Agence Française de Développement (AFD) fournissent des images prises par satellites des forêts du bassin du Congo aux porteurs des projets de conservation de la forêt de cette région. © CNES/Distribution Airbus Defence and Space-Spot Image

Lors la Conférence de 2009 sur le Changement climatique, Airbus Defence and Space s’est engagé, en partenariat avec l’Agence française de Développement (AFD), à mettre son expertise et ses technologies au service des mesures de déforestation dans la deuxième forêt équatoriale du monde, le bassin du Congo, où les éléphants de forêt, les grands singes, mais aussi les activités d’exploitation forestière ont libre cours. Airbus Defence and Space a donc mis en place le premier portail Internet d’images satellite des forêts du bassin du Congo pour les organismes œuvrant en faveur de la sauvegarde des forêts de la région. Les 600 premières images prises par la constellation ultra performante et prolifique SPOT sont désormais directement accessibles.REDDSPOT portal

En comparant images d’archive et nouvelles acquisitions, il est maintenant possible de suivre les changements du couvert forestier du bassin du Congo. Les administrations, institutions publiques et ONG travaillant à la gouvernance durable des forêts de la région se serviront de ces images et des services associés à forte valeur ajoutée pour surveiller plus efficacement l’utilisation des sols - élément indispensable à la gestion durable des forêts d’Afrique Centrale. Ces données sont également essentielles pour mesurer l’efficacité des stratégies nationales et définir des plans d’action dans le cadre du programme REDD+.

Les images du bassin du Congo transmises par les satellites SPOT sont mises à disposition de toutes les organisations travaillant sur des projets de protection des forêts spécifiquement axés sur la réduction des émissions dues à la déforestation ou à la dégradation des forêts, la préservation ou l’augmentation des stocks de carbone des forêts, ou encore la promotion de la gouvernance durable des forêts.

 

Tous les articles...


 Calottes polaires  Forêt  Ferme  Océan

           Sur la glace

               Retour

    Les terres agricoles

           Sur la vague

 

EnvironnementObservation de la TerreSPOTClimatGéo-Information