Airbus Defence and Space

Mission GAIA : La relativité en question

Dans une semaine, le satellite d’astrométrie Gaia, fabriqué par Airbus Defence and Space, sera lancé de Kourou. Outre l’élaboration d’une carte tridimensionnelle de notre galaxie, il permettra de vérifier la théorie de la relativité d’Einstein avec une précision sans précédent.

La mission Gaia a été proposée en 1993 par l’astronome suédois Lennart Lindegren, de l’Université de Lund. Son idée prend enfin son envol, 20 ans plus tard. Lennart Lindegren, l’un des plus grands experts en astrométrie au monde, souligne que Gaia vérifiera également avec une précision inédite la théorie de la relativité proposée par Einstein, selon laquelle la masse induit une courbure de l’espace-temps. Même les rayons lumineux se courbent lorsqu’ils passent à proximité d’un objet massif comme le Soleil. « Gaia mesurera cet effet avec une précision sans précédent et observera également la déviation des rayons lumineux causée par Jupiter, la Terre et d’autres planètes, annonce Lennart. Nous espérons que toutes ces mesures illustreront la théorie de la relativité générale d’Einstein, et confirmeront ainsi notre compréhension actuelle du tissu de l’espace-temps. La méthodologie scientifique prévoit de tester constamment les théories adoptées de la façon la plus rigoureuse possible, et Gaia sera en ce sens un maître exigeant. »

Au début du XVIIe siècle, l’astronome italien Galilée a tenté de convaincre les cardinaux de l’Inquisition que l’Univers était « écrit dans le langage mathématique, avec des caractères comme le triangle, le cercle et autres figures géométriques sans lesquelles il serait humainement impossible d’en comprendre un seul mot ». Selon Galilée, sans ces caractères, « nous errerions dans un labyrinthe obscur ». Quatre siècles plus tard, Gaia est en passe de lever le voile sur ce labyrinthe, même si beaucoup reste à faire. Le milliard d’étoiles qui sera cartographié par le satellite représente à peine 1% du nombre d’étoiles présentes dans notre galaxie. Les 99% restants devront attendre les successeurs d’Hipparcos et de Gaia...

GaiaUnivers ExplorationExploration spatialeScience