Airbus Defence and Space

Paz : une solution d’Airbus Defence and Space España pour la sécurité et la défense

Le 6 novembre dernier, Airbus Defence and Space España a signé avec Hisdesat le contrat de développement et de fabrication de Paz, premier satellite espagnol d’observation radar de la Terre. La ministre espagnole de la Défense, Mme Carme Chacón, a présidé la signature entre les deux sociétés.

 Paz est l’un des deux satellites du programme national espagnol d’observation de la Terre. Il est doté d’un budget d’environ 160 millions d’euros qui couvre, outre le lancement, les deux segments, espace et sol. Financé par le ministère de la Défense à hauteur de 135 millions d’euros, le reste sera pris en charge par Hisdesat.

Paz disposera de multiples fonctions d’imagerie, qui lui permettront d’assurer ses très nombreuses applications dans les domaines de la défense et de la sécurité et de répondre également à des besoins civils.

Le montage industriel est le suivant :

- Airbus Defence and Space España sera le maître d’œuvre principal, en charge du développement et de la fabrication du satellite, sur une durée de 48 mois,

- L’Institut national de la technologie aérospatiale (INTA) sera responsable du segment sol, qui comprend deux stations de contrôle : l’une à Torrejón, près de Madrid, et l‘autre à Maspalomas, aux Canaries,

- Hisdesat sera l’opérateur du satellite, chargé de son exploitation commerciale. Il aura pour client principal le ministère espagnol de la Défense.

La vocation du satellite Paz est de fournir des données spatiales pour répondre essentiellement aux besoins de sécurité et de défense du gouvernement espagnol. Il dispose pour cela de capacités d’imagerie jour-nuit et tout temps. 

 

Le satellite

 Le satellite Paz disposera d’un instrument SAR (radar à synthèse d’ouverture) en bande X, monté sur une plate-forme hexagonale en fibre de carbone, semblable au modèle fabriqué pour le satellite TerraSAR-X, et qui sera fournie par Airbus Defence and Space GmbH. La partie rayonnante de l’instrument incorporera la technologie des radiateurs imprimés développée par Airbus Defence and Space dans son centre de Barajas, près de Madrid – une technologie déjà éprouvée sur d’autres programmes spatiaux comme Spainsat, Envisat, Inmarsat et Galileo.

Ce satellite d’environ 1,2 tonne sera équipé d’un générateur solaire d’une puissance de 850 W. Quant à l’instrument, son antenne plate de radiateurs imprimés mesurera 4,8 m de long et 0,7 m de large. Elle sera conçue pour fonctionner selon différents modes d’exploitation, plusieurs largeurs de fauchée et des résolutions allant jusqu’à un mètre.

En qualité de maître d’œuvre, Airbus Defence and Space España sera responsable de l’ingénierie système, de l’intégration du satellite, des essais, de sa validation, ainsi que de sa mise à poste quand il sera opérationnel.

Zone de couverture pour une journée type de 15 orbites autour de la Terre 

 

La mission


Les services d’information géographique fournis par cette mission permettront, entre autres applications, la surveillance du territoire espagnol et d’autres régions du globe, le contrôle des frontières, les capacités opérationnelles des forces armées espagnoles, l’évaluation des catastrophes naturelles et la gestion des situations à risque ou de crise.

A partir de 2012, année de son lancement, le satellite Paz gravitera quinze fois par jour autour de la Terre sur une orbite polaire héliosynchrone, à 505 km d’altitude. Il pourra ainsi fournir 200 images en moyenne par jour et couvrir quelque 300 000 km2. 

Notons que ce satellite pourra notamment aider à lutter contre les actes de piraterie dans les eaux somaliennes – où l’été dernier un bateau de pêche espagnol a été attaqué – et à améliorer la surveillance et le contrôle du trafic illégal d’immigrants dans les eaux espagnoles. Par ailleurs, l’opérateur Hisdesat a précisé que ce satellite bénéficiera également aux ambassades d’Espagne à l’étranger, au ministère de l’Intérieur, au navire de recherches océanographiques Hespérides et à d’autres pays tels que les Etats-Unis, le Mexique, la Belgique et le Danemark. 

 

Un pari sur l’avenir

Financé par le ministère de l’Industrie, le programme national espagnol d’observation de la Terre comporte également un deuxième satellite baptisé Ingenio, dont Airbus Defence and Space España est également le maître d’œuvre. Ce satellite emportera un instrument optique à des fins essentiellement civiles. Le programme contribuera ainsi à améliorer la gestion des ressources naturelles, la lutte contre le changement climatique, la planification des infrastructures, la gestion et le suivi des catastrophes naturelles ou des feux de forêt. Ce programme dotera l’Espagne d’une véritable autonomie opérationnelle en matière d’observation.

Il permet également à Airbus Defence and Space España de conforter sa place prédominante de maître d’œuvre des satellites espagnols. « Un long chemin a été parcouru entre 1995, année où nous avons développé le satellite Minisat-01, et tout récemment avec notre participation fructueuse au programme SMOS », a déclaré Pedro Méndez, Directeur d’Airbus Defence and Space España. « Nous sommes aujourd’hui reconnus comme la première société espagnole en matière de systèmes spatiaux ».

Le programme national espagnol d’observation garantira à l’industrie espagnole un retour sur investissement d’environ 70 millions d’euros. De nombreux autres partenaires nationaux pourront donc acquérir de nouvelles compétences et améliorer leur compétitivité sur le marché spatial international. En outre, la mise en place de ce programme générera un millier d’emplois hautement qualifiés.

Ensemble, les deux satellites permettront, à partir de 2012, d’obtenir des images haute-résolution de n’importe quel point du globe toutes les 24 heures, et ce au bénéfice de nombreuses applications. L’Espagne deviendra ainsi le premier pays européen à posséder un système d’observation dual (optique et radar), dédié aussi bien aux besoins civils que militaires.

Paz et Ingenio fourniront une couverture haute résolution de n'importe quel point du globe en 24 heures

Observation de la TerreRadar