Airbus Defence and Space

Pister le trafic maritime depuis l’ISS

Le système Vessel-ID, une expérience technologique sous la responsabilité d’Airbus Defence and Space, permet de suivre le trafic maritime depuis l’espace

 astrix

  1/ Les astronautes Randolph Bresnik et Michael Foreman (NASA) installent l’antenne du système Vessel-ID sur le module Columbus. (© NASA)

 

Depuis le début du mois de juin, le système Vessel-ID, une expérience technologique menée pour l’Agence spatiale européenne (ESA) sous la responsabilité d’Airbus Defence and Space, permet de suivre le trafic maritime depuis l’espace.

Ce dispositif de localisation des navires repose sur le Système d’identification automatique (SIA), équivalent maritime du système de contrôle du trafic aérien.

Tous les navires de jauge brute supérieure à 300 tonnes sur des routes internationales, les porte-conteneurs de plus de 500 tonnes et ferries de toutes tailles doivent être équipés des transpondeurs SIA, qui permettent de connaître en permanence leurs données de navigation (identité, taille, position, cap et vitesse).

Le système SIA permet aux autorités portuaires de pister le trafic maritime dans les zones côtières, avec une portée horizontale de 40 milles nautiques (74 km), et de communiquer des données d’un navire à l’autre. Il présente toutefois un inconvénient majeur : la longueur des signaux est encore insuffisante pour la surveillance du trafic maritime en haute mer. La portée verticale des signaux SIA est bien plus importante, atteignant même la Station spatiale internationale (ISS) à 400 km d’altitude.

 Mil

2/ Sortie extravéhiculaire de Randolph Bresnik - Installation de l’antenne à l’aide de la pince GATOR sur l’ISS, novembre 2009. (© NASA)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’ISS équipée du système expérimental SIA

L’ISS étant déjà exploitée comme laboratoire multifonction pour un grand nombre d’expériences en conditions d’apesanteur, elle servira également de banc d’essai pour le système de surveillance du trafic maritime international.

En novembre 2009, les astronautes Randolph Bresnik et Michael Foreman ont fixé, à l’aide d’une pince GATOR (Grappling Adaptor for Onboard Railing), l’antenne destinée à l’expérience Vessel-ID, installée comme module externe sur la coque extérieure du laboratoire Columbus.

Le système Vessel-ID est composé d’une paire de récepteurs (Norais et Luxais), d’une antenne VHF externe et d’une unité de contrôle fabriquée par Airbus Defence and Space : l’ERNObox. L’antenne VHF installée sur l’ISS reçoit les signaux émis par les navires, un récepteur les décode et en détermine la position. Le système Vessel-ID est en service depuis le 1er juin 2010. Le transfert de données n’a jusqu’ici présenté aucune faille et les premiers relevés (Plots) du trafic maritime international sont en cours.

« En vertu du contrat IOT [Industrial Operator Team], Airbus Defence and Space est responsable, depuis plus de deux ans maintenant, du bon déroulement des opérations et de l’exploitation des modules européens de la Station spatiale internationale », explique le Dr. Michael Menking, Directeur Orbital Systems & Space Exploration chez Airbus Defence and Space. Le site brêmois d’Airbus Defence and Space a assuré les préparatifs de l’intégration de l’expérience technologique, ainsi que la conception de l’ERNObox et de la pince GATOR. « Grâce au système Vessel-ID, nous disposons désormais d’une expérience SIA testant le pistage des navires depuis l’ISS. Ce nouvel exemple d’élargissement du champ opérationnel de l’ISS est également salué par l’ESA », conclut Michael Menking.

 BASS

3/ Expérience réussie : la carte affiche les quelque 90 000 signaux reçus en l’espace de 14 heures entre le 2 et le 3 juin 2010. (© FFI)

 Mil

2/ Randolph Bresnik during the November 2009 spacewalk, seen using the GATOR adaptor to attach the antenna to the ISS. (© NASA)

ISSNavigation Services