Airbus Defence and Space

SMOS – La vigie stellaire

Mission « cycle de l’eau »

Grâce à une « révolution technologique » emmenée par Airbus Defence and Space en Espagne, la mission SMOS livre des informations totalement inédites dans l’histoire de l’observation de la Terre, à savoir la mesure depuis l’espace de l’humidité des terres émergées et du niveau de salinité des océans à l’échelle mondiale. Ces deux paramètres, à propos desquels la communauté scientifique déplorait jusqu’ici une pénurie d’informations, notamment d’un point de vue planétaire, présentent un intérêt scientifique fondamental, puisqu’il s’agit de facteurs déterminants dans les processus du cycle hydrologique de notre planète (évaporation, précipitations, filtration et orientation des courants océaniques). Les données recueillies grâce à cette mission fournissent des indications sur la façon dont le changement climatique influe sur le cycle hydrologique, avec une myriade de bénéfices pour la météorologie, la climatologie, la gestion des ressources en eau, la gestion des risques et l’agriculture.

 Véritable bijou technologique, l’instrument MIRAS de SMOS est le fruit de plus de dix ans de R&D sous la direction d’Airbus Defence and Space en Espagne.

Véritable bijou technologique, l’instrument MIRAS de SMOS est le fruit de plus de dix ans de R&D sous la direction d’Airbus Defence and Space en Espagne.

Son unique instrument, le radiomètre interférométrique à synthèse d’ouverture MIRAS (Microwave Imaging Radiometer using Aperture Synthesis), véritable « star » de la mission, est le fruit de plus de dix ans de recherche et développement. MIRAS procède à la lecture en hyperfréquence de ces rayonnements émis par la surface de la Terre, afin d’enregistrer les fluctuations des rapports sol sec/eau liquide et eau douce/eau saline. L’immense défi inhérent résidait dans le fait que, pour y parvenir, cet instrument doit fonctionner en bande L, sur une grande longueur d’onde, nécessitant normalement une antenne de très grande dimension, inadaptée pour une mission satellitaire.

Pour la première fois, des informations sur l’humidité des sols et la salinité superficielle de la mer ont été combinées sur une seule et même carte. (© Cesbio, Ifremer, CATDS)

Pour la première fois, des informations sur l’humidité des sols et la salinité superficielle de la mer ont été combinées sur une seule et même carte. (© Cesbio, Ifremer, CATDS)

La solution ingénieuse a donc été de concevoir une configuration en forme de « Y », autrement dit trois bras sur lesquels ont été répartis une multitude de petits récepteurs d’antennes qui, en corrélation, représentent une ouverture d’antenne bien plus grande. Cette structure a pu être repliée pour le lancement et déployée une fois le satellite en orbite opérationnelle. Avec un diamètre déployé de 8 m, MIRAS est plus grand que le satellite sur lequel il repose, et confère à SMOS sa forme distinctive à trois branches.

 

Tous les articles


 CryoSat-2 – Sous un seul et même toit  GOCE – Le surfeur aérodynamique longiligne  SMOS – La vigie stellaire

        Mission « banquise »

     Mission « champ de gravité »

                    Retour

 

EnvironnementSMOS