Airbus Defence and Space

SOHO : perdu et retrouvé

Sauvetage à 1,5 million de km de la Terre

En juin 1998, après un peu plus de deux ans de fonctionnement nominal en orbite, SOHO fut victime d’une série d’erreurs, commises lors d’une séquence de contrôle au sol qui, normalement, n’aurait dû être qu’une simple manœuvre de routine, et se retrouva à quelque 1,5 million de kilomètres de la Terre, privé d’énergie à bord et en grande partie congelé. Toutes les tentatives de reprise de contact échouèrent et le satellite fut considéré par beaucoup comme définitivement perdu.

Mais c’était sans compter la ténacité d’une équipe d’ingénieurs d’Airbus Defence and Space (à l’époque Matra Marconi Space) qui, avec l’aide de l’ESTEC (European Space Research and Technology Centre), réussit le miracle de « ressusciter » le satellite et de le remettre en service opérationnel total !

Pendant quatre semaines, personne ne savait où se trouvait le satellite. L’analyse circonstanciée des derniers instants ayant précédé sa perte montrèrent qu’il était en rotation rapide sur lui-même et qu’il garderait, par conséquent, une direction de pointage fixe. En août 1998, l’envoi d’un puissant signal radar depuis la Terre permit de capter un très faible écho du satellite, qui confirma que SOHO était toujours en position nominale et incliné de manière à ce que le rayonnement solaire puisse à nouveau éclairer ses panneaux solaires au cours des mois suivants.

 

Une course contre le soleil

A ce moment-là, et dans une course effrénée contre le soleil avant qu’il ne s’éloigne à nouveau, il fallut d’abord recharger suffisamment les batteries, puis décongeler le système propulsif en commençant par les conduites extérieures pour finir par les réservoirs internes, afin d’éviter la formation de bulles de gaz qui auraient fait exploser les canalisations. Ce fut la phase la plus délicate.

Ensuite, le contrôle d’attitude put être réactivé pour garder le satellite pointé vers le soleil. Après six mois d’intenses efforts, la mission fut considérée comme sauvée.

Cependant, tout n’était pas encore joué. Peu après, tous les gyroscopes servant à contrôler l’orientation du satellite tombèrent en panne. Un nouveau concept de contrôle d’attitude sans gyroscope dut être élaboré au pied levé. Grâce à lui, SOHO devint le premier satellite stabilisé trois axes à fonctionner sans gyroscope.

En dépit de ces problèmes, les ingénieurs réussirent l’exploit de maintenir SOHO et tous ses instruments en état de marche. D’une durée de vie initiale de deux ans, SOHO en est aujourd’hui à sa quinzième année et continue de fournir des données d’une valeur scientifique inestimable, qui permettent de mieux comprendre la mécanique interne du soleil.

Système solaireSoho