Airbus Defence and Space

Vingt mille lieues au-dessus des mers

Le véhicule de transfert automatique ATV n’est pas seulement un « transporteur spatial » et l’une des principales contributions de l’Europe à la Station spatiale internationale (ISS), il pourrait bien être également la base du vol spatial habité européen.

Le 3 avril 2008, « Jules Verne », le premier ATV européen, a rejoint sa position finale avant de s’arrimer à la Station spatiale internationale (ISS). Le véhicule s’est approché de l’ISS évoluant à 28 000 km/h et, grâce à son récepteur GPS et son système de guidage laser, a « intercepté » avec succès sa cible de seulement 60 cm de large. La manœuvre s’est achevée à 16h52 (HAEC). Les membres d’équipage de la station sont alors montés à bord de l’ATV sans combinaison spatiale pour commencer à décharger les 4,6 tonnes de fret, dont 1 150 kg de cargaison sèche, 856 kg d’ergols destinés au module de service russe Zvezda, 270 kg d’eau potable et 21 kg d’oxygène.

« Jules Verne » est resté amarré à l’ISS pendant six mois, durant lesquels il a effectué plusieurs manœuvres de « reboost » destinées à rehausser l’orbite de la station. Vidé de sa cargaison, il a ensuite été rempli de 2,5 tonnes de rebuts de l’SS. Le 5 septembre 2008, l’ATV s’est désarrimé de l’ISS et a rejoint son orbite d’attente autour de la Terre. Le 29 septembre, il a été désorbité en direction de l’atmosphère terrestre et s’est désintégré au cours d’une rentrée atmosphérique contrôlée au-dessus de l’océan Pacifique.

L’ATV « Johannes Kepler »

A peine la première mission de l’ATV était-elle terminée que les préparatifs de la seconde battaient déjà leur plein. Le deuxième exemplaire du vaisseau-cargo est baptisé « Johannes Kepler », du nom du célèbre astronome et mathématicien allemand.

« Johannes Kepler » est actuellement assemblé à Brême, en Allemagne. Le module de fret ICC (Integrated Cargo Carrier), qui contiendra la cargaison sèche et les différents fluides au cours du vol, a récemment été acheminé par avion de Turin à Brême et sera intégré d’ici la fin de l’année aux deux autres modules : la baie de propulsion EPB (Equipped Propulsion Bay) et la baie avionique EAB (Equipped Avionics Bay). Une fois l’assemblage des trois sections achevé, les sous-systèmes feront l’objet de tests finals avant que « Johannes Kepler » ne rejoigne Kourou, en Guyane, où il sera lancé à destination de l’ISS à bord d’une Ariane 5 ES en février 2011.

Préparer l’avenir

La navette spatiale américaine sera retirée du service en 2011, après quoi il ne sera plus possible de ramener des charges utiles et équipements conditionnés sur Terre. Pour répondre à la demande, l’Agence spatiale européenne (ESA) a étudié la possibilité de fabriquer un transporteur capable de rapatrier du fret et/ou des hommes sur Terre. Recherches et études se multiplient depuis plus d’une décennie à cet égard. En 1998, l’ESA a lancé le démonstrateur de rentrée atmosphérique ARD, qui est revenu avec succès sur Terre à seulement 4,9 km de la zone prévue, offrant ainsi à l’Europe sa première expérience en vraie grandeur de rentrée atmosphérique contrôlée.

La prochaine étape concerne l’Advanced Re-entry Vehicle (ARV)*, qui a suscité un vif intérêt lors de sa présentation cette année au Salon aéronautique et spatial du Bourget. Inspiré de l’architecture de l’ATV, ce nouveau système de transport spatial permettra de ramener sur Terre en toute sécurité du fret provenant de l’ISS, grâce à une technologie de bouclier thermique similaire à celle de l’ARD. Si les gouvernements européens donnent leur feu vert, le premier ARV pourrait être lancé en 2016/2017, avec pour objectif ultime le lancement éventuel de vols spatiaux habités européens à destination de l’ISS.

* L’ESA propose une vidéo de l’ARV, téléchargeable à l’adresse suivante :

www.esa.int/esa-mmg/mmg.pl?b=b&keyword=arv&single=y&start=2&size=b

Lien externe

ATV « Jules Verne » @ ESA : www.esa.int/SPECIALS/ATV/index.html

ATV