Airbus Defence and Space

Airbus Defence and Space fête le premier anniversaire de l’intégration de Columbus à la Station spatiale internationale

Brême, 11 février 2009 - Le laboratoire scientifique européen Columbus célèbre son premier anniversaire. Voici en effet un an qu’il fait partie intégrante de la Station spatiale internationale (ISS). En tant que maître d’œuvre principal du programme, Airbus Defence and Space, leader de l’industrie aérospatiale européenne, a développé et construit le laboratoire spatial Columbus pour le compte de l’Agence spatiale européenne (ESA).

  • Airbus Defence and Space fait valoir ses compétences en matière de vol spatial habité
  • Airbus Defence and Space a formé les astronautes à l’exploitation de Columbus
  • Airbus Defence and Space est responsable de toutes les activités d’utilisation et d’exploitation industrielle de la composante européenne de la Station spatiale internationale (ISS)

« Avec la mise en service de Columbus, nous avons une nouvelle fois réussi à honorer la réputation mondiale d’Airbus Defence and Space de pôle d’excellence du vol spatial habité en Europe », a déclaré Helmut Luttmann, responsable des activités d’utilisation et d’exploitation de l’ISS sur le site brêmois d’Airbus Defence and Space.

Columbus illustre une nouvelle fois l’expertise d’Airbus Defence and Space en matière de vol spatial habité. Aucun autre laboratoire n’avait auparavant été prééquipé d’unités d’expérimentations avant son départ pour les étoiles. De cette façon, les activités scientifiques ont pu débuter quelques jours seulement après le lancement.

Pièce maîtresse de la contribution de l’Europe à l’ISS, Columbus a été acheminé vers l’ISS à bord de la navette « Atlantis », lancée le 7 février 2008 depuis le Centre spatial Kennedy, en Floride.

A bord du laboratoire Columbus, les scientifiques conduisent des études dans les disciplines de la recherche fondamentale (biotechnologie, médecine, sciences des matériaux, des fluides et de la vie humaine) et des expériences relatives à des projets de technologie appliquée. Aucune de ces expériences ne pourrait être entreprise sous l’effet de la gravité terrestre. WAICO (Waving and Coiling of Arabidopsis Roots), l’une des premières expériences menées dans le Biolab, portait sur l’étude de la croissance des végétaux en conditions d’apesanteur. Elle a déjà livré des résultats préliminaires très intéressants sur la détection de la gravité et le déroulement de la croissance en réponse à des stimuli de gravité prédéfinis.

« Les astronautes sont formés par des instructeurs d’Airbus Defence and Space au Centre européen des astronautes (EAC) de Cologne. En effet, la formation technique des astronautes qui seront amenés à travailler dans le module Columbus et la prise en charge de l’ATV à bord de la Station spatiale font partie intégrante du contrat. En principe, Airbus Defence and Space participe de près ou de loin à chaque mission de la Station », précise Helmut Luttmann.

Les activités d’utilisation et d’exploitation industrielle de la Station spatiale internationale sont régies par un contrat d’exploitation de 2,6 milliards d’euros entre l’ESA et Airbus Defence and Space. Courant jusqu’en 2013, ce contrat couvre à la fois la production des futurs ravitailleurs ATV et la préparation de ces missions. Il comprend le contrôle des missions et la fourniture des équipements destinés à tous les éléments européens de l’ISS. Le contrat porte également sur les activités du Centre de contrôle de Columbus (COL-CC) à Oberpfaffenhofen, exploité par l’Agence spatiale allemande (DLR) pour le compte d’Airbus Defence and Space.

Les ingénieurs aérospatiaux d’Airbus Defence and Space ont consacré une dizaine d’années à l’élaboration de ce module spatial de près de 13 tonnes. Dix pays européens au total sont impliqués dans le projet Columbus, les principaux contributeurs étant l’Allemagne (51 %), l’Italie (23 %) et la France (18 %). Les Etats-Unis et le Canada y ont également pris part. Doté d’un budget de 880 millions d’euros, Columbus a été conçu pour une durée de vie nominale d’au moins dix ans.

La conception de Columbus repose sur l’expérience acquise par Airbus Defence and Space depuis la fin des années 70 dans le cadre du programme de développement et de fabrication du laboratoire spatial Spacelab.

« Après avoir achevé avec succès les programmes de développement de Columbus et de l’ATV, nous nous concentrons à présent sur l’utilisation et l’exploitation de la Station spatiale internationale », conclut Helmut Luttmann.

 

Airbus Defence and Space est une filiale d’AIRBUS Group dédiée aux systèmes et services spatiaux civils et militaires. En 2007, Airbus Defence and Space a réalisé un chiffre d’affaires de 3,5 milliards d’euros avec 12 000 employés en France, en Allemagne, au Royaume-Uni, en Espagne et aux Pays-Bas. Ses trois principaux domaines d’activité s’articulent autour des divisions Airbus Defence and Space pour les lanceurs et les infrastructures orbitales, Airbus Defence and Space pour les satellites et les systèmes sol, et de sa filiale à 100 % Airbus Defence and Space pour le développement et la fourniture des services satellitaires.

AIRBUS Group est un leader mondial de l’aérospatial, de la défense et des services associés. En 2007, AIRBUS Group a enregistré un chiffre d’affaires de 39,1 milliards d’euros avec un effectif de plus de 116 000 personnes

 

 Contacts presse : 

Matthieu Duvelleroy(Airbus Defence and SpaceF)             Tél. : +33 (0) 1 77 75 80 32

Jeremy Close (Airbus Defence and Space UK)                   Tél. : +44 (0) 1 438 77 3872

Kirsten Leung (Airbus Defence and Space A)                    Tél. : +49 (0) 421 539 53 26

Francisco Lechón (Airbus Defence and Space E)               Tél. : +34 91 586 37 41

ISSStation spatiale internationaleColumbus