Airbus Defence and Space

Airbus Defence and Space va fournir de nouvelles capacités scientifiques destinées à l’ISS

Cap Canaveral, le 21 août 2009 - La navette spatiale Discovery va transporter à son bord trois charges utiles scientifiques, destinées à la Station Spatiale Internationale, qui permettront la mise en œuvre de nouvelles expériences dans l’espace.

Développées sous la conduite industrielle d’Airbus Defence and Space, leader européen des technologies spatiales, ces nouvelles installations sont constituées du four spatial MSL (Materials Science Laboratory), du dispositif DECLIC (physique des fluides), et du deuxième exemplaire du congélateur spatial MELFI. Grâce à ces nouveaux équipements, les scientifiques seront en mesure d’étudier les processus susceptibles de conduire au développement de nouveaux alliages, de semi-conducteurs et même de méthodes permettant de traiter les eaux usées. 

 

  •  La navette Discovery va emporter trois charges utiles scientifiques développées par Airbus Defence and Space vers la Station Spatiale Internationale:

- MSL, le premier four spatial à haute température

- DECLIC, dispositif d’étude de la physique des fluides

- MELFI, le second congélateur spatial, pour conserver de nouveaux échantillons scientifiques

 

 Pour la mission spatiale STS-128, la navette Discovery sera lancée le 25 août depuis Cap Canaveral en Floride. Au 5e jour du vol, les astronautes achemineront les trois équipements expérimentaux jusqu’à la station spatiale, depuis le module de transport MPLM (Multipurpose Logistics Module).

 
L’équipage à bord de l’ISS s’est renforcé, passant de trois à six astronautes, ce qui rend possible de nouvelles expériences scientifiques mais nécessite aussi de nouveaux espaces de stockage réfrigérés. Une troisième unité de congélation, construite par Airbus Defence and Space, devrait donc être lancée l’année prochaine.

 

MSL, un four spatial à haute température

Le système MSL (Materials Science Laboratory) a été développé et construit pour le compte de l’Agence spatiale européenne (ESA) par un consortium européen piloté par Airbus Defence and Space.

Le MSL sera utilisé pour étudier les processus de base à l’œuvre dans la production des alliages métalliques et des semi-conducteurs, et pour mesurer les propriétés thermo-physiques des matériaux. Dans ce but, des échantillons peuvent être fondus et solidifiés dans différents fours, dans un environnement thermique finement contrôlé.

Le principal objectif de ces recherches est la production sur Terre, à l’échelle industrielle et à moindre coût, de matériaux offrant de meilleures caractéristiques, tels que des alliages d’aluminium à forte résistance ou des détecteurs d’images à rayons X, basés sur le tellurure de cadmium (CdTe).

Le système MSL, entièrement automatique, transmet des centaines de données par seconde au centre scientifique MUSC, à Cologne-Porz en Allemagne. Les différents paramètres des processus peuvent être modifiés en cours d’expérience, depuis le centre, afin de garantir des résultats optimaux.

 

Declic pour la physique des fluides

Declic (Dispositif d’Etude de la Croissance et des Liquides Critiques) est une plate-forme multiutilisateur qui permettra d’étudier le comportement des milieux transparents en micropesanteur, à bord de l’ISS. Ce dispositif a été développé et construit par Airbus Defence and Space sur son site de Saint-Médard-en-Jalles, pour le compte du CNES.

Declic sera utilisé pour réaliser des expériences sur des matériaux transparents qui ne peuvent être réalisées sur Terre. Cela pourra s’appliquer au processus de solidification des alliages transparents ou au comportement des fluides proches de leur point critique, lorsqu’ils se trouvent dans un état intermédiaire entre gaz et liquide.

 

Ces expériences permettront d’aborder des questions fondamentales auxquelles la communauté scientifique internationale cherche depuis longtemps des réponses. Elles concernent aussi potentiellement de larges applications industrielles dans des domaines aussi divers que la métallurgie des alliages pour l’industrie aéronautique et spatiale ou les processus avec eau supercritique, en vue d’un traitement écologique des eaux usées domestiques/industrielles, ou le stockage des carburants pour lanceurs et satellites.

Les résultats des expériences conduites avec le système Declic pourraient également étayer le développement de technologies pour l’exploration humaine du système solaire, telles que celles concernant le traitement, exempt d’effluents, des déchets humains, végétaux et autres déchets organiques.

Une fois opérationnel, le dispositif d’étude Declic sera utilisé conjointement par le CNES et la NASA. Le centre spatial français a financé son développement, l’agence américaine étant pour sa part responsable de son transport jusqu’à l’ISS et de la fourniture des ressources pour assurer son fonctionnement pendant trois ans. Declic sera commandé à distance par le centre d’aide au développement CADMOS, à Toulouse.

 

MELFI : des résultats d’expérience conservés à moins 80° C

Airbus Defence and Space a développé et construit pour le compte de l’ESA (Agence Spatiale Européenne) trois unités du congélateur spatial MELFI (Minus 80°C Laboratory Freezer for the International Space Station), qui fournit à l’ISS l’espace de stockage et les capacités requises pour congeler des échantillons scientifiques et biologiques. La première unité destinée à la station spatiale a été transportée à bord de la mission STS-21 en juillet 2006. Depuis, MELFI-1 a parfaitement fonctionné et préservé des échantillons biologiques et médicaux pour mener à bien des études scientifiques dans l’espace. Ces échantillons peuvent être stockés dans quatre compartiments dont la température est contrôlée individuellement (-80°C, -26°C ou +4°C). Après leur retour sur Terre, les échantillons d’origine humaine, animale et végétale feront l’objet de nouvelles analyses par les scientifiques.

 

Le troisième modèle est actuellement dans les locaux d’Airbus Defence and Space à Friedrichshafen et sera livré en septembre au centre spatial Kennedy. Outre les préparatifs au lancement, de nouveaux essais y seront pratiqués avec le concours des ingénieurs d’Airbus Defence and Space. MELFI-3 devrait rejoindre l’ISS à l’occasion de l’un des derniers vols de la navette, mi-2010, venant ainsi compléter la « freezer fleet ». Les congélateurs spatiaux seront alors au complet.

 

Airbus Defence and Space

Airbus Defence and Space est une filiale d’AIRBUS Group dédiée aux systèmes et services spatiaux civils et militaires. En 2008, Airbus Defence and Space a réalisé un chiffre d’affaires de 4,3 milliards d’euros avec plus de 15 000 employés en France, en Allemagne, au Royaume-Uni, en Espagne et aux Pays-Bas. Ses trois principaux domaines d’activité s’articulent autour d’Airbus Defence and Space pour les lanceurs et les infrastructures orbitales, Airbus Defence and Space pour les satellites et les systèmes sol et Airbus Defence and Space pour le développement et la fourniture des services satellitaires.

AIRBUS Group est un leader mondial de l’aérospatial, de la défense et des services associés. En 2008, AIRBUS Group a enregistré un chiffre d’affaires de 43,3 milliards d’euros avec un effectif de plus de 118 000 personnes.

 

Contacts presse :

Matthieu Duvelleroy (Airbus Defence and Space FR)                             Tél. : +33 (0) 1 77 75 80 32

Daniel Mosely (Airbus Defence and Space GB)                                     Tél. : +44 (0) 1438 778180

Ralph Heinrich (Airbus Defence and Space ALL)                                    Tel. : +49 (0) 89 607 33971

Francisco Lechón (Airbus Defence and Space ESP)                              Tél. : +34 91 586 37 41

ActualitéISSScienceStation spatiale internationaleTechnologie