Airbus Defence and Space

L’ATV-3 Edoardo Amaldi fabriqué par Airbus Defence and Space s’est parfaitement arrimé à l’ISS

• Airbus Defence and Space, maître d’œuvre du véhicule de transfert automatisé ATV, démontre pour la troisième fois son aptitude à réussir des rendez-vous automatisés dans l’Espace
• De la brosse à dents aux expérimentations scientifiques, 6,6 tonnes de charge utile ont été emportées sur l’ISS
• Plus de place pour les astronautes : l’ATV-3 constituera un module utile à part entière de la station spatiale jusqu’à la fin de l’été 2012

29 mars 2012 - Au terme d’un vol de six jours, Edoardo Amaldi, le troisième véhicule de transfert automatisé (ATV) fabriqué pour le compte de l’Agence spatiale européenne (ESA), s’est parfaitement arrimé à la Station spatiale internationale (ISS) ce 29 mars à 02h31 GMT. La manœuvre s’est déroulée à 28 000 km/h avec une précision de moins de 10 centimètres. Airbus Defence and Space, numéro un européen de l’industrie spatiale, assure la maîtrise d’œuvre du développement et de la fabrication de ce vaisseau-cargo.

« Réussir un rendez-vous dans l’Espace pour la troisième fois est un immense succès pour toutes les équipes, car cette performance repose sur les technologies les plus sophistiquées qu’Airbus Defence and Space a développées en tant qu’intégrateur systèmes de l’ATV », a déclaré Alain Charmeau, CEO d’Airbus Defence and Space. « Ces technologies de pointe font de l’ATV le seul véhicule spatial européen à pouvoir effectuer une manœuvre d’approche et d’arrimage automatisée, et à servir de module intégral de la station. Il s’agit en somme du robot spatial le plus intelligent actuellement disponible. Bien sûr, nous cherchons désormais, au profit de l’ESA, à le faire évoluer afin de sauvegarder et de développer les formidables technologies spatiales que possède l’Europe ».

Deux autres ATV ravitailleront l’ISS d’ici à 2014. Depuis l’arrêt des vols de la navette spatiale américaine, l’ATV est le plus gros vaisseau-cargo qui dessert l’ISS.

Maintenant que l’ATV-3 est arrimé, l’opération de ravitaillement de la station peut commencer, ainsi que les manœuvres de rehausse d’orbite (« reboost ») de l’ISS. L’ATV fera également partie intégrante de l’ISS en offrant de l’espace utile supplémentaire.

Pour sa troisième mission, l’ATV achemine 6,6 tonnes de fret à la station spatiale, dont quatre tonnes d’ergols, d’eau et de gaz divers. Edoardo Amaldi utilisera 3150 kg de carburant pour effectuer jusqu’à 10 manœuvres de « reboost » de la station au cours de sa mission, ainsi que pour d’éventuelles manœuvres d’évitement de débris spatiaux. L’ATV transfèrera également
860 kg de propergol au système propulsif du segment russe de l’ISS. L’oxygène (70 kg), l’air (30 kg) et l’eau (285 kg) font également partie de la cargaison « fluide » de l’ATV, tandis que les articles du quotidien, expérimentations, pièces de rechange et effets personnels envoyés aux astronautes par leurs familles représentent 2,2 tonnes de charge utile supplémentaire. Les astronautes déchargeront progressivement cette cargaison au cours des six mois durant lesquels l’ATV sera arrimé à l’ISS.

La mission de l’ATV-3 Edoardo Amaldi durera jusqu’à la fin de l’été. A mesure de son déchargement, le véhicule sera également rempli de rebuts de la station. Lors de sa rentrée contrôlée dans l’atmosphère terrestre au-dessus du Pacifique sud, Edoardo Amaldi aura alors parcouru, au total, près de quatre millions de kilomètres.

 

L’arrimage à l’ISS

Edoardo Amaldi s’est parfaitement arrimé au module russe « Zvezda » de la station. La sécurité de l’équipage et de la station est la priorité absolue durant la séquence d’accostage automatique. Mis au point par Airbus Defence and Space, le système de sécurité ultrasophistiqué de l’ATV, autonome et intelligent, garantit qu’en cas d’anomalie, le véhicule isole automatiquement la défaillance et reste en état pour continuer sa mission. Dans le cas improbable d’une double anomalie, l’ATV est même capable d’effectuer une manœuvre qui l’éloigne de la station et le « gare » à une distance raisonnable. L’ATV conserve cette capacité quelle que soit la situation, afin d’assurer la sécurité de la station. Après vérification des systèmes, une nouvelle approche peut alors être amorcée. Lors du rendez-vous, les opérations sont suivies en permanence par les Centres de contrôle au sol de l’ATV (opéré depuis le centre spatial de Toulouse du CNES) et de l’ISS, en plus des systèmes de bord de l’ATV. L’équipage de la station supervise également l’approche finale du véhicule grâce à une caméra vidéo, et peut, en dernier recours, interrompre l’approche en ordonnant directement à l’ATV d’effectuer une manœuvre évasive.

La phase automatisée d’approche et d’arrimage de l’ATV a commencé à une trentaine de kilomètres de distance et à cinq kilomètres en dessous de la station spatiale, après que les systèmes de l’ATV ont établi précisément la position et la vitesse relatives du véhicule par rapport à celles du point d’accostage. Les premières manœuvres d’approche calculées et exécutées par l’ATV de façon automatisée ont amené le véhicule à un point d’« attente » situé à
3500 mètres de l’ISS. Après avoir reçu l’autorisation du sol, l’ATV a rallié automatiquement le point d’attente suivant, à 250 mètres de la station. Là, l’avionique du véhicule a basculé en mode de guidage, navigation et contrôle (GNC) relatif et a accroché sa cible grâce à ses capteurs optiques. Après le feu vert du centre de contrôle ATV, le véhicule a poursuivi son approche jusqu’à 20 mètres de distance, où il a initié la synchronisation de son attitude avec celle de l’ISS. A 12 mètres de distance, et après un ultime « go » convenu d’un commun accord par l’équipage de l’ISS et les centres de contrôle ATV et ISS, Edoardo Amaldi a couvert les derniers mètres jusqu’au port d’arrimage de l’ISS à une vitesse relative maximum ne dépassant pas les 10 centimètres par seconde.

L’axe du mât d’arrimage déployé de l’ATV, dont la tête mesure environ 15 centimètres de diamètre, est entré en contact avec le port d’arrimage du module russe « Zvezda » avec une précision de moins de 10 centimètres. Le port d’arrimage est un cône passif de 90 centimètres de diamètre. Au premier contact, la tête d’arrimage de l’ATV a été verrouillée dans le port d’arrimage de l’ISS. L’ATV a ensuite lancé une séquence automatisée qui établit toutes les connexions électriques, mécaniques et fluidiques avec l’ISS.

Après égalisation des pressions entre l’ATV et l’ISS, l’équipage a ouvert la trappe du module « Zvezda », puis celle (d’environ 80 centimètres de diamètre) du module pressurisé de l’ATV. C’est à ce stade que l’ATV peut être considéré comme partie intégrante de l’environnement habité de l’ISS.

Vous voulez en savoir plus sur l’ATV ? Suivez et partagez le lien :

http://www.space-airbusds.com/fr/dossiers/atv-3-edoardo-au-service-de-la-station-spatiale.html

 

 

A propos d’Airbus Defence and Space

Airbus Defence and Space est la première entreprise européenne de technologies spatiales et la troisième mondiale. En 2011, Airbus Defence and Space a réalisé un chiffre d’affaires de près de 5 milliards d’euros avec 18 000 employés, principalement en France, en Allemagne, au Royaume-Uni, en Espagne et aux Pays-Bas.

Airbus Defence and Space est la seule entreprise européenne qui couvre toute la gamme des systèmes et services spatiaux civils et militaires.

Ses trois principaux domaines d'activités sont Airbus Defence and Space pour les lanceurs et les infrastructures orbitales, Airbus Defence and Space pour les satellites et les segments sol, et Airbus Defence and Space pour les solutions intégrées dans le monde entier, allant des satcoms et réseaux fixes et mobiles, commerciaux ou sécurisés, aux équipements et systèmes de transmission par satellite hautement sécurisés, et aux services de géo-information sur mesure.

Airbus Defence and Space est une filiale à 100 % du Groupe AIRBUS Group, leader mondial de l'aéronautique, de l'espace, de la défense et des services associés. En 2011, le Groupe - qui comprend Airbus, Airbus Defence and Space, Cassidian et Eurocopter - a dégagé un chiffre d'affaires de 49,1 milliards d'euros, avec un effectif de près de
133 000 personnes.

 

Contacts presse :

Gregory Gavroy (Airbus Defence and Space FR)                                          Tél. : +33 (0) 1 77 75 80 32

Jeremy Close (Airbus Defence and Space UK)                                             Tél. : +44 (0)1 438 77 3872

Ralph Heinrich (Airbus Defence and Space ALL)                                          Tél. : +49 (0) 89 607 33971

Francisco Lechón (Airbus Defence and Space ESP)                                    Tél. : +34 91 586 37 41

www.space-airbusds.com

 

ISSATV