Airbus Defence and Space

L’instrument radar unique du premier satellite de Copernicus ouvre une nouvelle ère pour l’observation de l’Environnement

une nouvelle ère pour l’observation de l’Environnement Le radar en bande C, réalisé par Airbus Defence and Space, pourra observer l’environnement de la Planète 24h/24, par tous les temps

Le lancement de Sentinel-1A, premier satellite du programme Copernicus, est prévu le 3 avril 2014

Les préparatifs du lancement du satellite Sentinel-1A, équipé d’un instrument radar réalisé par Airbus Defence and Space, se déroulent à bon rythme au port spatial européen de Kourou, en Guyane. Réalisé sous la maîtrise d’oeuvre de Thales Alenia Space Italie, le satellite devrait être lancé le 3 avril 2014 à bord d’un lanceur Soyouz.

Sentinel-1A est équipé d’un sous-système d’antenne SAR (SAS), capable d’acquérir un immense volume de données grâce à son exploitation continue. Malgré l’intégration de mécanismes complexes de compression de données, le système de communication du satellite devra transmettre près de 8 000 Go de données d’imagerie par jour pendant les sept prochaines années.

L’antenne est constituée de cinq panneaux, dont quatre seront repliés pour le lancement sur des bâtis latéraux du satellite, puis déployés en orbite. Ils sont constitués de 280 micro-transmetteurs duals polarisés, qui délivrent un signal RF (radio-fréquence) total d’un peu plus de 5 kW. Ces transmetteurs et les éléments de réception associés qui permettent l’orientation du faisceau électronique sont fournis par Thalès Alenia Space et intégrés dans l’équipement électronique central (EFE : Electronic Front-End) comme des modules hybrides de transmissions réception à puces multiples. En orientant le faisceau sur la trajectoire d’observation sur une série de bandes successives de 80 km de large au sol, une image en moyenne résolution de fauchées plus larges allant jusqu’à 400 km est assemblée. La puissance de transmission élevée représentait un défi en matière de conception thermique, en plus du travail de conception mécanique déjà complexe pour la création de la structure ultra stable requise de l’antenne de 800 kg.

Son pendant, le sous-système électronique SAR (SES), doit orienter l’antenne et assurer la synchronisation et le contrôle complexes du radar, en créant ses signaux radar ultra stables. Il s’agit également de l’unité sur laquelle repose la synchronisation et le contrôle de l’imagerie. La synchronisation doit garantir un positionnement d’une précision de résolution de 2,5 mètres sur une cible de 400 km de large à environ 1000 km de distance au sol, tout en se déplaçant à 7 km par seconde. C’est ce qui a été l’élément déterminant pour la mise en place au niveau de la mission et du satellite, d’un mécanisme sophistiqué avec, à bord, une capacité de prédiction d’orbite en temps réel extrêmement précise ainsi que la capacité de détermination du moment très précis de l’acquisition des données images radar.
Pour garantir la performance radar de la mission, l’équipe de Space Systems a construit et testé à Friedrichshafen (Allemagne) une antenne de 12,3 x 0,9 mètres, intégrée électroniquement au sous-système électronique SAR conçu à Portsmouth (Royaume-Uni), qui assure le traitement des signaux, la synchronisation et le contrôle du système.

Satellite d’imagerie radar à ouverture synthétique (SAR), Sentinel-1A sera rejoint par son jumeau (Sentinel-1B) vers la fin de l’année prochaine, afin de former l’Observatoire Radar Européen. Cela permettra de compléter la constellation en orbite polaire Sentinel-1 qui améliorera significativement l’accès et la rapidité de l’ensemble du système (revisite et temps de réponse) et renforcera les capacités du système pour fournir des images 24h/24 indépendamment des conditions météorologiques, au profit des applications marines, terrestres, de surveillance et d’urgence qui seront développées.

Les deux instruments SAR, faisant de ces satellites des outils flexibles et puissants, ont été mis au point par Airbus Defence and Space, qui possède une longue expérience en matière de réalisation d’instruments radar d’observation de la Terre pour le compte de l’Agence spatiale européenne (ESA). Outre la responsabilité industrielle complète des satellites européens ERS-1/ERS-2, lancés en 1991 et 1995 respectivement, ainsi que d’Envisat, lancé en 2001, Airbus Defence and Space a également développé et fabriqué les charges utiles radar AMI (ERS), ASAR (Envisat) et ASCAT (MetOp). Enfin, l’entreprise a assuré la maîtrise d’oeuvre des projets de satellites radar allemands TerraSAR-X et TanDEM-X.



Airbus Defence and Space et Copernicus
Airbus Defence and Space est un partenaire majeur du programme Copernicus depuis son lancement en 1998. L’entreprise exploite toute une famille de satellites optiques et radar (Spot, Pléiades, TerraSAR-X et TanDEM-X), et est l’un des principaux fournisseurs de données au profit des services Copernicus. Elle apporte également une contribution essentielle au programme en participant à la fabrication des cinq satellites Sentinel, qui viendront compléter les données déjà fournies par les Missions contributrices de Copernicus. Airbus DS exploitera le système de satellite-relais européen EDRS (European Data Relay Satellite), qui fournira des services de communications rapides et sécurisées pour les satellites Sentinel-1 et Sentinel-2. Sentinel-1A est le premier de la famille de satellites Sentinel destinés au programme européen Copernicus, une initiative conjointe de la Commission européenne (CE), l’Agence spatiale européenne (ESA) et l’Agence européenne pour l’environnement (AEE). Copernicus créera un réseau durable de satellites européens, dont la vocation consistera à recueillir et évaluer les données environnementales et les besoins de sécurité civile et humanitaires.


A propos d’Airbus Defence and Space
Airbus Defence and Space est une division du groupe Airbus, née du regroupement des activités de Cassidian, Airbus Defence and Space et Airbus Military. Cette nouvelle division est le numéro un européen de l’industrie spatiale et de la défense, le numéro deux mondial de l’industrie spatiale et fait partie des dix premières entreprises mondiales du secteur de la défense. Elle réalise un chiffre d’affaires annuel d’environ 14 milliards d’euros avec un effectif de quelque 40 000 employés.

Contacts presse:

Gregory Gavroy
+ 33 1 77 51 80 32
gregory.gavroy@astrium.eads.net

Astrid Emerit

+ 33 1 77 51 80 36
astrid.emerit@astrium.eads.net

 

Broadcast Room

RadarCopernicus