Airbus Defence and Space

Le satellite Sentinel-2A paré pour son lancement depuis Kourou

- Le second satellite du Programme européen Copernicus va lui permettre une «vision en couleur»
- L’instrument d’imagerie multispectrale MSI va fournir une qualité d’image exceptionnelle et les données seront transmises via la nouvelle autoroute spatiale de l’information

Sentinel-2A sera le prochain satellite du programme européen de surveillance environnementale Copernicus placé en orbite. Les ingénieurs d’Airbus Defence and Space, numéro deux mondial de l’industrie spatiale, sont en train de le préparer pour son lancement le 23 juin 2015 depuis Kourou, en Guyane. Ce programme opérationnel est dirigé par la Commission européenne (CE) en partenariat avec l’Agence spatiale européenne (ESA). Les satellites Copernicus doivent fournir des données de télédétection de la Terre essentiels pour l’environnement et la sécurité.

« Sentinel 2 marque la prochaine étape importante du déploiement du programme européen Copernicus, dont Airbus Defence and Space est l’un des acteurs principaux. Nous intervenons largement sur la composante spatiale de Copernicus, avec la livraison de quatre satellites et onze instruments », a déclaré François Auque, Directeur général de Space Systems.

Sentinel-2A va permettre au programme Copernicus de « voir en couleur » en  fournissant des images optiques dans la gamme du visible et de l’infrarouge proche du spectre électromagnétique. À 786 km d’altitude, ce satellite de 1,1 tonne générera des images optiques dans 13 bandes spectrales d’une résolution de 10, 20 ou 60 m, à raison d’une fauchée unique de 290 km de large. La conception optique de l’instrument d’imagerie multispectrale MSI a été optimisée pour atteindre une qualité de pointe à travers son très grand champ de vision. Forte de son imageur multispectral et de sa couverture à large fauchée, la mission Sentinel-2 offre non seulement une continuité, mais grâce à sa largeur de fauchée accrue de plus de 100 km, étendra également les missions SPOT (France) et Landsat (Etats-Unis).

La structure du télescope et les miroirs sont réalisés en carbure de silicium (SiC), qui offre une très grande stabilité optique et réduit la déformation thermoélastique, ce qui permet d’obtenir une excellente qualité d’image géométrique - inédite dans cette catégorie d’imageurs optiques. Les données recueillies serviront à la surveillance de l’utilisation et des changements du territoire, l’imperméabilisation des sols, l’urbanisme, l’agriculture, la gestion des forêts, la gestion des catastrophes naturelles (inondations, incendies de forêt, glissements de terrain, érosion) et au soutien des opérations de secours humanitaire. L’observation de l’environnement dans les régions côtières fait également partie de ces activités, de même que la surveillance des glaciers, de la glace et de la neige.

La mission Sentinel-2 est constituée de deux satellites identiques gravitant sur la même orbite à 180° d’écart, pour une couverture et une livraison de données optimales. Les satellites effectuent un tour  de la Terre toutes les 100 minutes, et couvrent toutes les surfaces émergées, les grandes îles, les eaux intérieures et côtières du globe tous les cinq jours. De conception identique, Sentinel-2B devrait être lancé mi-2016.

C’est la collaboration étroite entre l’ESA, la Commission européenne, l’industrie, les fournisseurs de service et les utilisateurs de données qui rend la mission Sentinel-2A possible. Son développement a mobilisé une soixantaine d’entreprises, emmenées par Airbus Defence and Space en Allemagne pour les satellites, en France pour les instruments multispectraux, et en Espagne pour la structure mécanique du satellite.

La mission a été soutenue par le CNES, qui a apporté son expertise en matière de traitement et de calibration d’images, et l’Agence spatiale allemande (DLR) qui fournit la charge utile de communication optique développée par Tesat Spacecom, une filiale d’Airbus Defence and Space en Allemagne. Cet équipement permet aux satellites Sentinel-2 de transmettre des données par laser aux satellites en orbite géostationnaire équipés du système-relais européen EDRS, actuellement développé par Airbus Defence and Space pour le compte de l’ESA. Cette nouvelle « autoroute spatiale » de l’information permet de relayer de grands volumes de données très rapidement, de façon à les mettre au plus vite à disposition des utilisateurs.

 

À propos de Copernicus

Copernicus représente le programme d’observation de la Terre le plus ambitieux à ce jour. Il fournira des informations précises, rapides et facilement accessibles afin d’améliorer la gestion de l’environnement, comprendre et réduire les effets du changement climatique et garantir la sécurité civile. Copernicus est le nouveau nom du programme GMES (Global Monitoring for Environment and Security). Cette initiative est dirigée par la Commission européenne (CE), en partenariat avec l’Agence spatiale européenne (ESA) et l’Agence européenne pour l’environnement (AEE). L’ESA coordonne la composante spatiale du programme et la livraison des données issues de plus de 30 satellites contributeurs, et exploite - en tandem avec Eumetsat - les satellites Sentinel, tandis que l’AEE est responsable des données des capteurs embarqués et terrestres. La Commission européenne, qui intervient au nom de l’Union européenne, est responsable de l’ensemble de l’initiative, définit les besoins et gère les services.

 

Les satellites Sentinel

L’ESA développe sept missions Sentinel spécifiquement pour Copernicus, dont la première - Sentinel-1A, équipée d’un instrument radar fabriqué par Airbus Defence and Space - a été lancée en avril 2014. Les satellites Sentinel fourniront des observations uniques, à commencer par les images radar tous temps, de jour comme de nuit, de Sentinel-1, et poursuivront avec les images optiques de Sentinel-2A. En conduisant cinq des sept missions Copernicus (Sentinel-2, -4, -5P, -5, -6) en tant que maître d’œuvre, Airbus Defence and Space est le principal partenaire du Programme. L’entreprise contribue largement à la mission Sentinel-1 (instrument radar) et Sentinel-3 (instrument MWR).

 

Airbus Defence and Space

Airbus Defence and Space est une division du groupe Airbus, née du regroupement des activités de Cassidian, Astrium et Airbus Military. Cette nouvelle division est le numéro un européen de l’industrie spatiale et de la défense, le numéro deux mondial de l’industrie spatiale et fait partie des dix premières entreprises mondiales du secteur de la défense. Elle réalise un chiffre d’affaires annuel d’environ 13 milliards d’euros avec un effectif de plus de 38 000 employés.

 

Contacts presse :

Gregory Gavroy         + 33 1 39 06 89 42                 gregory.gavroy@airbus.com

Astrid Emerit              + 33 1 39 06 89 43                 astrid.emerit@airbus.com

 

 

www.airbusdefenceandspace.com

Satellites SentinelCopernicusObservation de la TerreAirbus Defence and Space