Airbus Defence and Space

Le vaisseau-cargo ATV-5 a quitté l’ISS pour entrer dans la phase finale de sa mission

• En cinq missions, l’ATV aura acheminé 32 tonnes de fret et réalisé 40 manœuvres de rehausse d’orbite de l’ISS
• Airbus Defence and Space utilisera la technologie de l’ATV sur de nouveaux projets spatiaux comme la capsule américaine habitée « Orion »

Le véhicule de transfert automatique (Automated Transfer Vehicle – ATV) européen « Georges Lemaître » vient de se séparer de la Station spatiale internationale (ISS), au terme de plus de 200 jours passés dans l’Espace. Avec sa rentrée contrôlée dans l’atmosphère terrestre prévue dans quelques heures, le cinquième et dernier ATV achève maintenant sa mission rempli de 2,5 tonnes de déchets – secs, liquides et matériels. Airbus Defence and Space, numéro deux mondial de l’industrie spatiale, est le maître d’œuvre du programme ATV pour le compte de l’Agence spatiale européenne (ESA).

« L’ATV-5 marque la fin d’une fabuleuse histoire débutée en 2008, celle du véhicule spatial le plus complexe jamais développé et construit en Europe. Cette technologie ne disparaîtra pas avec la desintégration de l’ATV ‘Georges Lemaître’, elle ouvre au contraire la voie à une multitude de nouveaux projets spatiaux », a déclaré François Auque, Directeur général de Space Systems. « Ce succès a été rendu possible grâce à une exceptionnelle coopération européenne et internationale au cours des deux dernières décennies. Cet esprit de coopération et l’avance technologique de l’ATV perdureront encore longtemps, notamment à travers le programme Orion, qui emmènera des astronautes en orbite terrestre et au-delà. Il s’agit d’une marque de confiance importante à l’égard de toutes celles et ceux qui ont travaillé sur ce programme fantastique ».

Réputé pour sa fiabilité et sa précision, l’ATV est le véhicule spatial le plus volumineux et le plus complexe jamais fabriqué en Europe. Il était possible de charger une partie de son fret seulement 20 jours avant le lancement pour les besoins de dernière minute. Seul vaisseau-cargo doté d’un degré d’autonomie aussi élevé, l’ATV pouvait naviguer et s’arrimer à l’ISS sans aucune intervention humaine, et ce avec une précision telle qu’elle représente l’épaisseur d’une pièce d’un Euro. Les ATV « George Lemaître » et « Albert Einstein », par exemple, n’ont pas touché les bords de leur cible lors de rendez-vous à 28 000 km/h et 400 km d’altitude, soit 30 fois plus haut que l’altitude de croisière des avions de ligne. Le contact s’est effectué tellement en douceur que les astronautes à bord de l’ISS ne l’ont pas ressenti.

Les moteurs principaux du deuxième ATV « Johannes Kepler » – quatre propulseurs principaux et 28 micropropulseurs de freinage et de contrôle d’attitude – ont établi le record de la plus longue manœuvre de « reboost » de l’histoire de l’ISS, en rehaussant l’orbite de la Station de 40 km. Les ATV ont réalisé 40 manœuvres de ce type au total.

Chaque ATV a la taille d’un bus à impériale. Depuis 2008, les cinq vaisseaux-cargo auront acheminé au total près de 32 tonnes à bord de l’ISS : eau, nourriture, air, carburant, vêtements, mais aussi expériences et équipements destinés aux scientifiques. Chaque ATV a également apporté des produits alimentaires particuliers aux membres d’équipage : du parmesan au tiramisu, en passant par les pâtes au fromage, pour satisfaire toutes les demandes des astronautes. D’une masse totale au décollage de plus de 20 tonnes, le véhicule a représenté en soi un véritable défi pour le lanceur européen Ariane 5. Avec ses 20,3 tonnes, l’ATV « Georges Lemaître » est la plus lourde charge utile jamais injectée en orbite par un lanceur Ariane.

La fin du programme ATV a ouvert la voie à d’autres projets, dont le module de service de la capsule américaine « Orion », qu’Airbus Defence and Space développe actuellement pour le compte de l’ESA. Ce module, essentiellement basé sur la technologie ATV, fournira propulsion et énergie au véhicule, ainsi que réserves en air et en eau pour les futures missions habitées.

Enfin, le savoir-faire acquis dans le cadre du développement du système autonome d’approche et d’arrimage pourrait être réutilisé au profit de futurs satellites ou infrastructures orbitales, afin de « capturer » des objets non coopératifs comme des débris spatiaux ou des astéroïdes. Cette technologie pourrait également être adaptée pour effectuer des atterrissages en sécurité et en totale autonomie sur d’autres planètes.

 

A propos d’Airbus Defence and Space

Airbus Defence and Space est une division du groupe Airbus, née du regroupement des activités de Cassidian, Astrium et Airbus Military. Cette nouvelle division est le numéro un européen de l’industrie spatiale et de la défense, le numéro deux mondial de l’industrie spatiale et fait partie des dix premières entreprises mondiales du secteur de la défense. Elle réalise un chiffre d’affaires annuel d’environ 14 milliards d’euros avec un effectif de quelque 38 000 employés.


Contacts Presse :

Astrid Emerit              + 33 1 39 06 89 43                 astrid.emerit@astrium.eads.net

Gregory Gavroy         + 33 1 39 06 89 42                 gregory.gavroy@astrium.eads.net

ISSvols habitésATV-5 “Georges Lemaître”Airbus Defence and Space