Airbus Defence and Space

Nouvelle première pour le Zephyr 7 d'Airbus

Vol d'essai en conditions hivernales concluant pour le pseudolite à haute altitude contrôlé par télécommunications par satellite

Airbus Defence and Space a récemment annoncé que le pseudolite à haute altitude (High Altitude Pseudo-Satellite HAPS) Zephyr 7 avait accompli sa mission la plus complexe à ce jour, inscrivant ainsi une nouvelle référence dans les opérations annuelles persistantes de cette classe de systèmes de drones (Unmanned Aerial Systems - UAS). Ces essais ont été réalisés pendant 11 jours de vol sans interruption avec guidage par communications satellites, le tout dans des conditions hivernales et avec une nouvelle charge utile primaire embarquée à bord du HAPS – soit trois nouveaux records établis par Zephyr 7. Les satellites HAPS fonctionnent exclusivement à l’énergie solaire, utilisée durant la journée pour charger une batterie qui permet au satellite de poursuivre son vol pendant la nuit. Ce vol, réalisé sous des journées plus courtes et des nuits plus longues, était donc bien plus complexe que tous les vols précédemment effectués.

« Lors du tout dernier vol du Zephyr d’Airbus, nous avons réussi à démontrer une série d’avancées de la plus haute importance, grâce auxquelles nous pourrons atteindre le degré de maturité de cette technologie et d’augmenter sa valeur opérationnelle pour nos clients », a déclaré Jens Federhen, responsable du programme HAPS d’Airbus. « Nous avons en outre atteint un jalon important dans notre feuille de route réglementaire ».

Le vol, qui a été réalisé pour le compte du ministère de la Défense britannique (UK MOD), a été approuvé pour utilisation dans l’espace aérien contrôlé, ce qui a nécessité l’étroite coopération de l’Autorité d’aviation militaire (MAA), de l’Autorité de la navigabilité de type (TAA), ainsi que de l’équipe UAS du groupe de soutien et d’équipement militaire du ministère de la Défense britannique. Le Zephyr 7 est ainsi le premier pseudolite à recevoir un enregistrement militaire sous le numéro PS001.

« Les autorités d’aviation militaire du Royaume-Uni ont étendu pour la première fois nos procédures et régulations établies au nouveau domaine des pseudo-satellites à longue endurance », a indiqué le Colonel d’aviation de la TAA Paul Lloyd, avant de poursuivre : « Cela a été une expérience très instructive et très encourageante de voir l’efficacité avec laquelle les régulations et l’approche d’Airbus envers le Zephyr ont pu être rapprochées pour permettre une telle opération ».

Hormis l’emport d’une nouvelle charge utile primaire, l’autre grande nouveauté, d’après Jens Federhen, résidait dans l’utilisation de communications par satellite pour contrôler et surveiller l’aéronef. « L’utilisation d’un lien SatCom afin de contrôler l’appareil au-delà de la vue directe avec la station sol est une autre fonction critique qu’il nous fallait tester afin de rendre les Zephyrs contrôlables depuis n’importe quelle station de contrôle centrale sur la planète », a-t-il déclaré, indiquant qu’une telle démarche contribuait également à réduire les coûts de service déjà bas comparés à ceux d’autres moyens.

Selon Chris Kelleher, directeur technique du programme Airbus HAPS, ce vol a représenté une avancée majeure pour le Zephyr car il a permis de démontrer la capacité de vol du pseudolite tout au long de l’année. « Bien qu’il soit vrai que Zephyr 7 détient le record du monde d’endurance de vol et peut voler dix fois plus longtemps que n’importe quel autre UAVsans discontinuité, tous ses précédents vols de longue durée ont été réalisés pendant les mois d’été, où les jours sont plus longs, les nuits plus courtes et les conditions météorologiques meilleures, ce qui rend les vols d’autant plus aisés. Cela a été différent avec ce dernier vol, qui s’est déroulé dans l’hémisphère Sud, en plein hiver – une période à laquelle l’aéronef a dû démontrer sa résistance lors de longues nuits, sa capacité de recharge suffisante pendant les brèves périodes d’ensoleillement et enfin sa robustesse face aux conditions climatiques bien plus rudes ».

Les plus de 250 heures d’essais en vol récemment enregistrées par prototype Zephyr 7 serviront à affiner la conception finale du Zephyr 8, le véhicule HAPS de dernière génération actuellement développé par Airbus.


À propos d’Airbus Defence and Space
Airbus Defence and Space est une division du groupe Airbus, née du regroupement des activités de Cassidian, Astrium et Airbus Military. Cette nouvelle division est le numéro un européen de l’industrie spatiale et de la défense, le numéro deux mondial de l’industrie spatiale et fait partie des dix premières entreprises mondiales du secteur de la défense. Elle réalise un chiffre d’affaires annuel d’environ 14 milliards d’euros avec un effectif de quelque 40 000 employés.

Contact :
Alain Dupiech
Tel.: +33 7 86 29 54 71
UAS Media Relations
alain.dupiech@cassidian.com

Zephyr 7Airbus Defence and Space