Airbus Defence and Space

Réussite des essais sous vide à très basses températures sur les instruments MIRI et NIRSpec, développés par Airbus Defence and Space pour le télescope spatial James Webb

- Le spectrographe infrarouge NIRSpec et le spectro-imageur MIRI sonderont les origines de l'Univers
- Le lancement de la mission est prévu en 2018

Le spectrographe infrarouge NIRSpec (Near Infrared Spectrograph), développé et construit par Airbus Defence and Space, numéro deux mondial de l’industrie spatiale, et le spectro-imageur MIRI (Mid-Infrared Instrument), construit par un consortium européen conduit par l’entreprise, ont réussi leur campagne d'essais sous vide aux températures cryogéniques. Cette campagne a duré 120 jours au sein du module scientifique ISIM (Integrated Science Instrument Module) du télescope spatial James Webb (James Webb Space Telescope – JWST).

Il s’agissait du deuxième essai d'une série de trois tests menés au centre de vols spatiaux Goddard (GSFC) de la NASA (l’Agence spatiale américaine), à Washington D.C. (Etats-Unis). À cette occasion, et pour la première fois, l’ensemble des instruments scientifiques de vol, parmi lesquels les instruments NIRSpec et MIRI fournis dans le cadre d’un contrat de l’Agence spatiale européenne (ESA), ont été installés à bord de l'ISIM. Le JWST, dont le lancement est prévu en 2018 à bord d’une Ariane 5 depuis le port spatial européen de Kourou (Guyane), aura pour mission de détecter et d’analyser la faible lumière émise par les étoiles et les galaxies aux confins de l’Univers.

Lors de la campagne d’essais, soutenue par Airbus Defence and Space, les chambres à vide thermique de la NASA ont refroidi l’ISIM et les instruments jusqu’à leurs températures de fonctionnement, à savoir environ 38K (-235°C) pour NIRSpec et 6,7K (-266°C) pour MIRI. Il aura fallu près de trois semaines pour que les instruments atteignent ces températures, à la suite de quoi des essais fonctionnels et de performance ainsi que d’autres contrôles poussés ont été effectués.

Une fois la campagne d’essais terminée, l'ISIM sera mis en configuration de vol. Cette phase sera suivie des essais acoustiques, de vibration et de compatibilité électromagnétique en vue de simuler l’environnement du lanceur. Le troisième et dernier essai de l’ISIM sous vide thermique sera réalisé en 2015. Celui-ci aura pour but de vérifier que le module et l'ensemble des instruments scientifiques fonctionnent conformément aux exigences. Une fois cette vérification effectuée, l’ISIM pourra passer au niveau supérieur de l’intégration et de l’essai du télescope.

Le spectrographe infrarouge NIRSpec sera capable de mesurer simultanément le spectre de plus d’une centaine d’objets célestes distincts. NIRSpec pourra ainsi observer d'importants échantillons de galaxies et d’étoiles dans des profondeurs jamais atteintes à ce jour, sur de vastes régions de l’Univers, et remonter très loin dans le temps. Le deuxième instrument, MIRI, est la combinaison d’une caméra et d’un spectromètre pour les longueurs d'ondes de l’infrarouge moyen. Il permettra d’étendre les capacités d’observation du JWST à des longueurs d’onde plus grandes que celles couvertes par ses autres instruments, ce qui est essentiel pour l’étude de la lumière émise par les objets célestes au moment de la création de l’Univers ou pour observer l’intérieur des nuages de poussières dans lesquels les étoiles et les planètes se forment actuellement.

« Nos instruments sont à la pointe de la technologie en matière d'astronomie moderne », a indiqué François Auque, Directeur général de Space Systems. « Le télescope spatial James Webb aura une grande importance dans notre compréhension de l’évolution de l’Univers. L'instrument NIRSpec, en particulier, constitue une nouvelle preuve de l’expertise inégalée d'Airbus Defence and Space dans ce domaine. Nous sommes fiers d’apporter notre soutien à la recherche scientifique menée pour ce projet ».

La NASA, l'ESA et l’Agence spatiale canadienne (CSA) développent conjointement le JWST, qui succédera au légendaire télescope spatial Hubble et permettra d’observer et de mesurer les longueurs d'onde dans l’infrarouge. Le JWST étudiera très en détail les phases clé de l’évolution de notre Univers – des premières étoiles et galaxies nées après le Big Bang à la formation actuelle des systèmes planétaires dans notre propre Voie lactée. Une capacité rendue possible grâce à la suite de quatre instruments scientifiques ultrasensibles du JWST et à son gigantesque miroir primaire, dont les 18 segments hexagonaux étendus sur un diamètre total de 6,5 mètres en font le plus grand télescope astronomique jamais envoyé dans l’Espace.

 

À propos d’Airbus Defence and Space

Airbus Defence and Space est une division du groupe Airbus, née du regroupement des activités de Cassidian, Astrium et Airbus Military. Cette nouvelle division est le numéro un européen de l’industrie spatiale et de la défense, le numéro deux mondial de l’industrie spatiale et fait partie des dix premières entreprises mondiales du secteur de la défense. Elle réalise un chiffre d’affaires annuel d’environ 14 milliards d’euros avec un effectif de quelque 40 000 employés.

Contact :

Gregory Gavroy        
+ 33 1 39 06 89 42                
gregory.gavroy@astrium.eads.net

Astrid Emerit             
+ 33 1 39 06 89 43                
astrid.emerit@astrium.eads.net

Near Infrared Spectograph (NIRSpec) Mid-Infrared Instrument (MIRI)James Webb Space Telescope (JWST)Airbus Defence and Space