Airbus Defence and Space

TanDEM-X observera la Terre « en 3D »

  • Préparation du satellite radar allemand TanDEM-X pour son lancement le 21 juin

  • Sprint final à Baïkonour  -  le satellite d’Airbus Defence and Space intègre son lanceur

 

Baïkonour/Berlin, le 8 juin 2010 -  Le projet « Terre en 3D » entre dans sa phase finale: les derniers préparatifs du lancement du satellite allemand d’observation terrestre TanDEM-X sont en cours sur la base spatiale de Baïkonour (Kazakhstan). Le 21 juin à 04:14:02 heure d’Europe centrale, le satellite doit être envoyé dans l’espace à bord d’un lanceur russe de type Dniepr pour une mise en orbite à 514 km d’altitude. L’intégration de TanDEM-X dans la coiffe du lanceur (Space Head Module) est en cours d’exécution. Dans le cadre des « opérations combinées », l’opérateur spatial Kosmotras est responsable du matériel du satellite d’Airbus Defence and Space, leader européen des technologies spatiales.

 

 

Cartographie du globe par un doublet en formation rapprochée

La mission TanDEM-X (complément de TerraSAR-X pour la cartographie altimétrique numérique) démontre une fois de plus les compétences de l’Allemagne et son avance au plan international dans le domaine de la technologie radar satellitaire. L’objectif principal de la mission est d’effectuer le relevé de toutes les terres émergées « en 3D » et plus précisément de réaliser un modèle numérique d’élévation (MNE) d’une précision jusqu’ici inégalée. Ce satellite d’observation terrestre de toute dernière génération permettra d’élargir considérablement les applications scientifiques et commerciales dans ce domaine. Les deux satellites allemands TanDEM-X et TerraSAR-X formeront le premier interféromètre SAR (radar à ouverture synthétique) présent dans l’espace. Conçu pour durer au minimum 5 ans, TanDEM-X doit fonctionner au moins trois ans de concert avec TerraSAR-X. Les deux satellites ont un modèle de conception pratiquement similaire et voleront à une distance l’un de l’autre de quelques centaines de mètres à peine.

 

Pendant ces 3 ans de vol en formation, les deux satellites procéderont au relevé des 150 millions de km2 de terres émergées du globe. Pour une grille d’un maillage de 12 mètres, les données d’élévation pourront être calculées avec une précision inférieure à 2 mètres. Avantage incontestable de la mesure de la topographie terrestre depuis l’espace par rapport à l’avion, elle permet de créer un modèle de terrain cohérent et homogène à l’échelle mondiale, sans aucune discontinuité au niveau des frontières nationales ni incohérences résultant de méthodes de mesure différentes. Le radar joue ici un rôle décisif compte tenu du fait qu’il peut être exploité indépendamment des conditions météorologiques et de la couverture nuageuse, de jour comme de nuit.

 

Des domaines d’application des plus variés

Les modèles numériques d’élévation (MNE) revêtent  une importance capitale pour une très large gamme d’applications : des informations actualisées et précises sur la constitution de la surface du globe sont absolument nécessaires dans des disciplines géoscientifiques telles que l’hydrologie, la géologie et l’océanographie. Leurs domaines d’application sont très étendus. Ils vont permettre une exploitation plus efficace des ressources minérales jusqu’à l’optimisation de la planification des opérations en cas de catastrophes en passant par les missions de rétablissement de la sécurité. Les cartes numériques sont également indispensables à une navigation plus fiable : leur précision doit accompagner l’augmentation des exigences en matière de géolocalisation mondiale.

 

Avec son MNE mondial, l’Allemagne devrait disposer dans un avenir proche d’un outil de production de données unique au monde. Celui-ci peut être utilisé dans un grand nombre d’initiatives et de programmes : ZKI (Centre d’informations de crise par satellite, Zentrum für satellitengestützte Kriseninformation de l’Agence spatiale allemande DLR), projet d’observation de la Terre GMES (Global Monitoring for Environment and Security) et le système mondial des systèmes d’observation de la Terre GEOSS (Global Earth Observation System of Systems), ainsi que dans le cadre d’accords de coopération liés à la sécurité.

 

Dans le monde entier, de nombreux clients commerciaux attendent avec impatience le MNE mondial de TanDEM-X : dès qu’il sera disponible, à compter de 2013, les spécialistes de la télédétection et des informations géographiques du secteur privé, des administrations et des organisations de défense et de sécurité pourront l’utiliser avec profit dans leurs activités quotidiennes.

 

Exploitation des données au sein de la DLR à Oberpfaffenhofen – valorisation par Infoterra

Un réseau de trois stations terrestres TanDEM-X (Kiruna/Suède, Inuvik/Canada et O’Higgins/Antarctique) s’avère nécessaire pour assurer la transmission de la masse de données brutes. Leur exploitation comprend trois grandes phases : vérification des segments de données transmis par TanDEM-X aux stations réceptrices, évaluation des résultats dans le centre de traitement du centre allemand de données de télédétection (Deutsches Fernerkundungsdatenzentrum) de la DLR à Oberpfaffenhofen avec transformation des relevés en MNE bruts, et enfin, génération par le processeur de mosaïquage et de calibration du MNE mondial à partir des MNE bruts. Leur orientation absolue est corrigée au niveau des continents par équilibrage de blocs. Le jeu de données du MNE mondial, qui totalisera 15 téraoctets, sera disponible environ quatre ans après le lancement.

 

L’adaptation du MNE aux besoins d’utilisateurs commerciaux, ainsi que sa diffusion internationale, seront assurées exclusivement par la société Infoterra GmbH. Dans le cadre de la valorisation des données, Infoterra transformera les éléments bruts fournis par le système de satellites conformément aux exigences des différents clients : sont généralement corrigés les « spikes » (pointes ou valeurs aberrantes causées par les bruits parasites), les décalages (qui peuvent surtout survenir dans les terrains montagneux à cause des ombres radar), ainsi que les étendues d’eau (afin de garantir un niveau uniforme pour les eaux et une pente appropriée pour les cours d’eau).

 

 

A propos de TanDEM-X 

Le projet TanDEM-X est mis en œuvre dans le cadre d’un partenariat public/privé (PPP) conclu entre le Centre aérospatial allemand (DLR) et Airbus Defence and Space GmbH, avec le financement du ministère allemand de l’Industrie et de la Technologie (Bundesministerium für Wirtschaft und Technologie).

Le principal objectif de la mission TanDEM-X (TerraSAR-X add-on for Digital Elevation Measurement) consiste à générer un modèle numérique de terrain (MNT) à l’échelle mondiale. Pour y parvenir, deux satellites - TanDEM-X et son alter ego TerraSAR-X, satellite de fabrication quasi-identique en orbite depuis le 15 juin 2007 - formeront le premier interféromètre SAR (radar à ouverture synthétique) configurable dans l’espace, distants de seulement quelques centaines de mètres. Un puissant segment sol bénéficiant d’une étroite interface avec celui de TerraSAR-X, vient compléter le système TanDEM-X. Les satellites évolueront en formation et fonctionneront en parallèle pendant trois ans, afin de couvrir toute la surface du globe.

Le DLR est responsable de l’exploitation scientifique des données de TanDEM-X, ainsi que de la planification et mise en œuvre de la mission, du contrôle des deux satellites et de l’élaboration du modèle numérique de la topographie terrestre. Airbus Defence and Space, leader européen des technologies spatiales, a fabriqué le satellite et partage le coût de son développement et de son exploitation. A l’instar de TerraSAR-X, l’exploitation des données dédiées aux applications commerciales de TanDEM-X sera du ressort d’Infoterra GmbH, filiale d’Airbus Defence and Space.

 

A propos d’Airbus Defence and Space 

Airbus Defence and Space est une filiale d’AIRBUS Group dédiée aux systèmes et services spatiaux civils et militaires. En 2009, Airbus Defence and Space a réalisé un chiffre d’affaires de 4,8 milliards d’euros avec plus de 15 000 employés en France, en Allemagne, au Royaume-Uni, en Espagne et aux Pays-Bas. Ses trois principaux domaines d’activité s’articulent autour des divisions Airbus Defence and Space pour les lanceurs et les infrastructures orbitales, Airbus Defence and Space pour les satellites et les systèmes sol, et Airbus Defence and Space pour le développement et la fourniture de satcoms et réseaux commerciaux sécurisés, d'équipements de communication par satellite de haute sécurité, de produits et services de géo-information et de navigation.

AIRBUS Group est un leader mondial de l’aérospatial, de la défense et des services associés. En 2009, AIRBUS Group a enregistré un chiffre d’affaires de 42,8 milliards d’euros avec un effectif de plus de 119 000 personnes.

 

A propos de Spot Infoterra

La gamme de produits et services Spot Infoterra est développée et commercialisée par la division Géo-information d'Airbus Defence and Space Services. Celle-ci est constituée de l’ensemble des ressources et compétences de ses filiales Spot Image et Infoterra, et est l’un des leaders mondiaux pour la fourniture de produits et services de géo-information.

Avec un accès unique aux données des satellites Spot et TerraSAR-X, une large gamme d’autres données spatiales et des moyens d’acquisitions aériennes, la gamme Spot Infoterra offre une combinaison inégalée en observation de la Terre et un portefeuille de produits et services couvrant l’ensemble de la chaîne de valeur en géo-information et apportant aux décideurs des solutions durables pour accroître la sécurité, la protection de l’environnement et la gestion des ressources naturelles.

 

A propos du DLR 

Le DLR est le pôle national allemand de recherche pour l´aéronautique et l’espace. Ses activités de recherche et de développement dans les domaines de l’aéronautique, du spatial, du transport et de l’énergie sont axées sur des programmes nationaux et des coopérations internationales. En sa qualité de pôle d’excellence aérospatial mandaté par le gouvernement allemand, le DLR est en charge de la planification et mise en œuvre du programme spatial allemand, ainsi que de la représentation internationale de ses intérêts.

Près de 6500 personnes travaillent pour le DLR sur 13 sites en Allemagne : Berlin, Bonn, Brunswick, Brême, Cologne (siège), Göttingen, Hambourg, Lampoldshausen, Neustrelitz, Oberpfaffenhofen, Stuttgart, Trauen et Weilheim. Le DLR dispose également de bureaux de représentation à Bruxelles, Paris et Washington, D.C.

 

Contacts presse :

Matthieu Duvelleroy (Airbus Defence and Space FR)                                   Tél. : +33 (0) 1 77 75 80 32

Daniel Mosely (Airbus Defence and Space GB)                                          Tél. : +44 (0) 1438 778180

Ralph Heinrich (Airbus Defence and Space ALL)                                        Tel. : +49 (0) 89 607 33971

Mathias Pikelj, Airbus Defence and Space (Airbus Defence and Space ALL)                            Tél.: +49 (0) 75 45 8 9123

Francisco Lechón (Airbus Defence and Space ESP)                                   Tél. : +34 91 586 37 41

 

Mareike Döpke (Infoterra)                                              Tél.: +49 (0)75 45 8 3924

Andreas Schütz (DLR)                                                  Tél.: +49 (0)2203 201 2474

 

 

Liens vers les sites Web :

http://www.space-airbusds.com

http://www.dlr.de

http://www.infoterra.de

http://www.terrasar.de

 

 

 

TanDEM-X : spécifications techniques

  • Orbite
  • Type : héliosynchrone
  • Altitude de vol : 514 km
  • Inclinaison: 97,4 °
  • Heure locale du nœud ascendant : 18 h 00
  • Période : 11 jours

 

  • Satellite
  • Dimensions : 5 m (hauteur) x 2,4 m (diamètre)
  • Masse au lancement : 1 350 kg
  • Consommation électrique : 730 W (valeur moyenne)
  • Capacité des accumulateurs : 108 A
  • Durée de vie : 5,5 ans (6,5 ans pour les combustibles)

 

  • Radar
  •  Fréquence nominale : 9,65 GHz
  • Polarisation : HH, HV, VH, VV
  • Plage des angles d’incidence : 20 à 55° (15 à 60° pour l’acquisition des données)
  • Résolution spatiale : 1 m (mode « spotlight »)
  • Sensibilité (coefficient de rétrodiffusion σ0 exprimé en dB) : -19 dB