Airbus Defence and Space

Accès à l'espace Programmes

Diamant

En 1961, la France décide de réaliser un lanceur spatial à vocation civile, dérivé des fusées technologiques du programme militaire « Pierres précieuses » (Agathe, Topaze, Emeraude, Rubis et Saphir). La réalisation de ce lanceur est l’un des objectifs prioritaires du CNES, fondé également en 1961, qui finance les travaux et en confie la maîtrise d’œuvre à la SEREB (Société pour l’Etude et la Réalisation d’Engins Balistiques) en mai 1962. Trois ans et demi plus tard, le premier lanceur français, Diamant A, décolle le 26 novembre 1965 depuis la base d’Hammaguir (Algérie) et permet ainsi la mise en orbite du premier satellite français A1, une capsule technologique surnommée Astérix. Ce tir confirme la troisième place mondiale de la France dans le domaine spatial grâce à sa capacité propre de lancement.

Les lanceurs Diamant comportent trois étages, dont les deux premiers sont constitués des éléments de la série des « pierres précieuses ». Seul le troisième étage, entièrement nouveau, fait l’objet d’un développement spécifique.

Les trois autres exemplaires du lanceur Diamant A ont été utilisés pour placer en orbite les trois satellites géodésiques du programme D-1, respectivement le 17 février 1966, le 8 février 1967 et le 15 février 1967. Tous les vols de la version Diamant A étaient des vols d’essai, et la version opérationnelle du lanceur, Diamant B, a été mise en service entre 1970 et 1972 (lancée à partir du nouveau centre spatial guyanais à Kourou). Le développement de Diamant BP4 a démarré en janvier 1972. Conservant les premier et troisième étages de son prédécesseur, ce nouveau lanceur se dotait d’un deuxième étage P4 (Rita) issu du missile MSBS. Trois lancements Diamant BP4 ont eu lieu, entre février et septembre 1975, pour satelliser Starlette, Castor et Pollux, et Aura.

Le programme Diamant a marqué l’histoire spatiale de la France. L’expérience acquise a encouragé la France à proposer le développement d’un nouveau lanceur, plus performant et plus puissant, en conjuguant les talents de plusieurs pays européens. La première « pierre précieuse » du programme Ariane a été posée, et la France a arrêté le programme Diamant après 1975 pour se consacrer exclusivement à la mise au point du lanceur européen.

Diamant fait aussi partie de l’héritage d'Airbus Defence and Space, puisque la SEREB, en fusionnant avec les sociétés Nord Aviation et Sud Aviation, est devenue, 1er janvier 1970, Aérospatiale, qui s’est rapprochée, presque deux décennies plus tard, à Matra pour créer Aérospatiale-Matra, une des sociétés fondatrices d’AIRBUS Group.

Ariane



VOIR AUSSI

Tous les résultats